MENU
Cédants et Repreneurs d'Affaires

Accueil > Actualités > Témoignages de repreneurs >

Alain ANANIAN, 57 ans, reprend Crigent SA

18 avril 2006

Alain ANANIAN, 57 ans, reprend Crigent SA, entreprise de constructions frigorifiques et tôlerie fine, 50 salariés, et un CA de plus de 4 millions €

Le parcours d’un repreneur

La volonté de reprendre une entreprise est un projet que je mûrissais de longue date.
Lorsque mon dernier employeur m’a licencié fin 2002, j’étais ingénieur d’affaires dans le domaine des progiciels de gestion intégrée pour l’industrie, et devant les difficultés liées au marché pour retrouver un emploi salarié, j’ai pensé que c’était peut-être l’opportunité pour tenter une reprise.
J’ai commencé en juin 2003 par une formation à la reprise d’entreprise à l’AFPA, pendant deux mois à temps plein et huit mois en accompagnement et, en parallèle je me suis inscrit au CRA.

J’avais entendu parlé du CRA lorsque j’ai abordé l’éventualité d’une reprise d’entreprise quelques années auparavant. Mais, c’est au cours de la formation qu’un délégué du CRA est venu nous présenter l’association. Il y avait déjà dans notre groupe de l’AFPA des adhérents du CRA.
Pour trouver une entreprise, grande difficulté du parcours du repreneur, j’en ai comptabilisé deux au total, j’ai contacté de nombreux organismes, cabinets de rapprochement, chambres de commerce, experts et annonces du CRA...
Les dossiers les plus crédibles furent ceux présentés par les chambres de commerce, et surtout ceux du CRA.

Bien que vivant depuis 28 ans en Région Parisienne, je recherchais une entreprise industrielle située de préférence en Province, techniquement structurée, fabriquant des produits qui lui étaient propres.
Après plusieurs déboires dont une cédante dans le Gard qui s’est rétractée après m’avoir confirmé son accord par écrit sur l’ensemble des modalités de reprise de son entreprise, j’ai repéré une annonce dans le bulletin de l’association et le délégué CRA d’Angoulême, m’a contacté. Il m’a transmis les premiers éléments du dossier de la société CRIGENT S.A., entreprise de constructions frigorifiques et tôlerie fine d’une cinquantaine de personnes. J’ai pris ensuite rendez-vous avec le cédant.

La reprise

Le déroulement de la négociation a été relativement rapide, il y avait plus de cinquante adhérents du CRA intéressés par l’affaire, mais avec le cédant Emmanuel CRIGENT, ainsi que les différents intervenants dont Francis BETHUNE du CRA, Jean-Claude RAFFIER de la CCI d’Angoulême, le Commissaire aux Comptes de la société, une relation de confiance s’était établie. Ils estimaient que j’étais la personne la plus à même de reprendre, pérenniser et développer l’entreprise.

- Le soir du 31 décembre 2004, Emmanuel CRIGENT me donnait verbalement son accord.

  • La signature de la lettre d’intention et du protocole d’accord s’est effectuée au cours de la première quinzaine de janvier, simultanément j’ai réalisé le « business plan » que j’ai fait valider par mes conseils et ceux de la CCI.
  • La première semaine de février a été consacrée à faire la tournée des banques. Par précaution, j’ai présenté le dossier à tous les établissements de la place d’Angoulême, 12 au total. Tous connaissaient l’entreprise, tous m’ont fait un chaleureux accueil, le dossier était excellent.

-Malheureusement avec les semaines qui passaient les hésitations de certains organismes ont surgi. Certains par contre ont su se montrer très réactifs (Banque Populaire, BNP et SOFINDI organisme du MEDEF).

Je me suis aperçu alors que c’était la deuxième grande difficulté de la reprise, la plus éprouvante, la douche écossaise permanente, c’est finalement l’accord de la BDPME/SOFARIS qui a débloqué la situation.

J’ai pris conscience à ce moment-là que beaucoup de PME et TPE saines vont disparaître où être reprises par des Compagnies étrangères faute de financement.

L’avant dernière étape fut le formalisme juridique qui implique un allongement des délais de reprise.

Enfin, c’est l’entrée dans l’entreprise, la présentation au personnel, c’est la douche froide, il ne s’y attendait pas... Mais avec de la diplomatie et le sens de l’adaptation, tout s’arrange.
Officiellement, j’ai pris mes fonctions le 1er juillet 2005. A ce jour tout va bien, pourvu que ça dure...

Alain ANANIAN
CRIGENT SA
Siège et usine d’Angoulême
Bd Salvador Allende
Z.I. n°3 - B.P. 63
16340 L’Isle d’Espagnac
Tél. 05 45 69 20 22
Fax : 05 45 69 39 05
e-mail : crigent chez crigent.fr http://www.crigent.fr/


Voir d'autres Témoignages de repreneurs
Imprimer le contenu de la page
Voir d'autres
Témoignages de repreneurs

Latitude :

Longitude :


Haut de page