MENU
Cédants et Repreneurs d'Affaires

Accueil > Actualités > Témoignages de cédants >

B. COLIN et J-M. DENOUAL cèdent JMB INFORMATIQUE en Bretagne

10 août 2012

Bruno COLIN et Jean Marc DENOUAL cèdent JMB INFORMATIQUE à PLOUGASTEL dans le Finistère. CA 5, 6M€ effectif 16 personnes. 2 repreneurs s’associent pour remplacer les 2 cédants. Comment une cession orientée à l’origine vers une cible repreneurs entreprises en croissance externe, se termine finalement à l’avantage de repreneurs personnes physiques.

Historique

La Société JMB INFORMATIQUE a été créée en 1992 par Bruno COLIN et Jean Marc DENOUAL. A l’origine l’activité se limitait exclusivement à la distribution de consommables informatiques auprès d’une clientèle de PME/PMI sur la Bretagne. Au début des années 1990, le marché des professionnels connaît un fort développement des outils de production de documents de type imprimantes, fax, copieurs ainsi que des supports de sauvegardes des données informatiques.
La croissance de JMB INFORMATIQUE évolue donc rapidement ce qui permet à l’entreprise d’intégrer 4 collaborateurs supplémentaires. En 1997, l’entreprise décide alors de se positionner sur des marchés complémentaires : la distribution de solutions audiovisuelles professionnelles de type vidéo projecteurs ainsi que la duplication et la personnalisation de supports de sauvegarde de type CD/DVD.
A l’aube des années 2000, JMB INFORMATIQUE compte 8 collaborateurs et un chiffre d’affaire d’environ 3 M€. En 2004 JMB décide d’ouvrir une agence sur la Région parisienne.
La croissance est toujours au rendez vous et en 2007, l’entreprise décide de racheter « LE PAIH INFORMATIQUE » une société Morbihannaise dont l’activité principale est la distribution de consommable informatique. Le chiffre d’affaire passe alors à 4.5 M€ et permet à JMB de se positionner comme le premier distributeur Breton de « fournitures informatique ». En 2009, l’entreprise décide de distribuer les solutions d’impressions HP et SAMSUNG afin d’offrir un service global a sa clientèle. Un service de maintenance est également développé et Le CA de JMB atteint 5.6 M€ en 2011 avec un effectif de 16 personnes.

Quand et pour quelles raisons avez vous décidé avec votre associé de céder votre entreprise ?

Nous avons décidé de mettre en vente la société en juin 2010 car nous pressentions une évolution technologique importante suite à notre décision de devenir distributeur de matériels d’impression HP et SAMSUNG. Nos compétences en la matière étant relativement limitées, nous avons préféré « passer la main » et confié JMB à des professionnels disposant de compétences techniques avérées.

Aviez vous une cible déterminée d’acheteur potentiel et avez vous fait des approches et par quels moyens, et quels en ont été les résultats ?

Dans un premier temps, nous avons confié un mandat exclusif de cession auprès d’une de nos banques qui disposait en interne d’une cellule fusion/acquisition. Ils ont identifié rapidement nos principaux concurrents nationaux et ont contacté une vingtaine de sociétés qui avaient le profil pour de la croissance externe.
3 sociétés se sont manifestées et l’une d’entre elles a souhaité nous rencontrer. Une proposition « verbale » nous a alors été faite mais ne correspondait pas à notre attente et surtout à l’éthique que nous nous faisions de la cession. Nous avions compris qu’une partie importante de notre personnel ne serait pas conservé.

Pour quelles raisons êtes vous finalement venu vers le CRA ?

Nous nous sommes alors tournés vers le CRA avec qui nous avons immédiatement été pris en main par un excellent professionnel. Celui-ci nous a convaincu que de très nombreux repreneurs individuels cherchaient des PME et que probablement nous serions surpris par le nombre de demandes.

Combien de candidats avez vous rencontré/sélectionné et sur quels critères avez-vous finalement choisi votre repreneur ?

En effet, en quelques semaines une dizaine de candidats nous ont été présentés et rapidement nous sommes rentrés en négociation. Nous avions bien entendu informé notre avocat ainsi que notre cabinet comptable de notre démarche et la plupart des échanges d’informations auprès des repreneurs étaient préalablement validés par leurs soins.
Au bout de quelques semaines, nous nous sommes focalisés sur un « doublette » de repreneurs qui semblait à nos yeux détenir les meilleurs profils. Leurs assiduités et leurs envies ont fini par nous convaincre. Par ailleurs, leurs « bagages » techniques ( 2 ingénieurs avec de fortes compétences en matière commerciales, informatique, télécom et services ) étaient une réelle garantie de pouvoir faire évoluer l’entreprise.
Il s’est passé une année entre le choix du repreneur et la signature finale.

Pouvez vous nous résumer le schéma de cession retenu finalement avec votre repreneur ?

Concernant le schéma de cession retenu par nos repreneurs, ils ont opté pour la constitution d’une holding et ont choisi de faire entrer au capital 2 fonds d’investissement à hauteur de 25%.

Quand avez-vous prévenu le personnel de votre décision de céder ? Quelle a été sa réaction ?

La décision de la date pour prévenir le personnel a été un vrai dilemme. Nous avons finalement décidé de prévenir le personnel 1 mois avant la signature afin de ne pas trop perturber le business. Bien entendu cette annonce est un des moments forts de la cession mais nous étions confiants car dans le projet de vente, la totalité du personnel était conservé. Cet argument a d’ailleurs été capital pour nous. Le personnel a été relativement surpris mais a compris notre décision qui au final allait dans le sens de la croissance de l’entreprise donc de la préservation de l’emploi.

Que vous ont apporté les organismes consultés pour la cession ?

Il est clair qu’il est essentiel de se faire bien entourer lors de cette opération ou bon nombre de négociations sont menées par les avocats et cabinets comptables et d’audit.
Il ne faut pas interférer dans leur travail mais leurs confier un maximum d’informations afin qu’ils préparent le « meilleur protocole » pour chacune des parties.

Quels conseils donneriez vous aux vendeurs (ou repreneurs) pour optimiser leurs chances ?

Bruno Colin : prendre 6 mois de recul avant de se lancer dans une nouvelle activité
Bruno Colin : prendre 6 mois de recul avant de se lancer dans une nouvelle activité

Le meilleur des conseils que nous puissions donner à des futurs cédants c’est la transparence et l’honnêteté dans leurs démarches ainsi que le choix des partenaires qui vont intervenir dans le dossier. A ce titre, l’accompagnement du CRA a été fondamental car leur objectif est clairement que le deal soit équitable. Merci encore a eux et particulièrement à Mr Boissonneau du CRA de Nanterre.

Et maintenant que faites vous ?

L’accompagnement des repreneurs a été court ( environ 1 mois ) et il faut être conscient que le fait de se « retrouver à la maison » n’est pas toujours aussi facile qu’il n’y parait.
Pour notre part, à 45 et 47 ans, nous avons décidé de prendre 6 mois de recul mais nous sommes aujourd’hui a nouveau motivés pour relancer une nouvelle activité dans le domaine de la communication et de l’import export. A ce titre nous partons en Chine en Octobre pour découvrir la foire de Canton. Une nouvelle aventure va donc commencer. ..

Lirele témoignage des repreneurs


Voir d'autres Témoignages de cédants
Imprimer le contenu de la page
Voir d'autres
Témoignages de cédants

Latitude :

Longitude :


Haut de page