MENU
Cédants et Repreneurs d'Affaires

Accueil > Actualités > Témoignages de repreneurs >

Benoît ESCHENBRUMER, 44 ans, ingénieur ISEN, MBA IEFSI EDHEC, reprend AE2i

14 novembre 2006

Benoît ESCHENBRUMER, 44 ans, reprend AE2i, 15 salariés et un CA de 2 millions d’€. L’entourage du vendeur, banquier, comptable, intermédiaire... est un bon moyen pour faire passer des messages, afin de faciliter la négociation.

Benoît ESCHENBRUMER nous parle de sa reprise de la société AE2i, 15 salariés, spécialisée en réparation électronique et développement de systèmes industriels, automates et supervision, à POMPEY (54).
"Avec mes 20 ans d’expérience (Alcatel, Groupe Siemens, SFR), et la volonté de reprendre une affaire depuis l’obtention d’un MBA il y a 10 ans, je m’inscris au CRA début avril 2006 et fais partie ensuite d’un groupe de repreneurs de la délégation de Metz.

1 - La recherche de la cible

Les critères retenus étaient : domaine électronique informatique télécommunication, marché B to B, environ 15 employés, 2 M€ de CA, prix < 1 M€ avec 300 K€ d’apport, maintien des revenus précédents.
La précision de la cible a permis de ne pas se disperser et donc d’aller vite à l’essentiel ; résultat, l’entreprise est reprise en 6 mois, tout en prenant le temps nécessaire.

2 - La société

Créée en 1994 par Michel ROSSO et Ghislain HAZARD, AE2i est spécialisée dans la réparation et le développement d’automatisme et d’informatique liés aux procédés de fabrication.
L’entreprise s’est développée régulièrement jusqu’à ce jour, atteignant un chiffre d’affaires proche de 1,5 million d’€ avec 15 salariés, dont 11 techniciens spécialisés en électronique ou automatisme, et deux cadres.

3 - Les étapes de la reprise

Les deux dirigeants sont propriétaires d’une autre activité à fort potentiel de croissance, Négoce sur la zone francophone de produits techniques anglais. Ne pouvant continuer à gérer les deux, ils ont décidé de céder AE2i pour se consacrer entièrement à l’autre.

C’est en étant inscrit à l’association « Cédants & Repreneurs d’Affaires », délégation CRA de Metz, que j’ai eu connaissance de l’opportunité de reprise de l’entreprise ( l’affaire étant inscrite au CRA de Nancy). Après avoir étudié le résumé des données financières, j’ai décidé d’aller au delà et de rencontrer les dirigeants ; nous étions alors mi-avril 2006.

Démarre alors une étude approfondie des comptes, du portefeuille clients, de la concurrence. Fin juin, après validation de mes conclusions par des connaissances et des experts, la décision de cession reprise était prise conjointement et annoncée au personnel.
La signature du protocole d’accord s’est faite en juillet.

Il ne restait plus que le montage financier et juridique à superviser.
Deux employés piliers de la société sont associés dans le montage financier de reprise.Le mois précédent la reprise fut consacré à l’audit détaillé, comme prévu lors du protocole. L’évolution de la société de SARL en SAS plus appropriée à la taille et à l’activité de l’entreprise permit l’intervention d’un commissaire aux comptes juste avant la reprise.

Fin septembre les conditions suspensives étaient levées permettant la signature de reprise.

4 - Le financement

La société a été rachetée par l’intermédiaire d’un montage LBO avec la création d’une société holding. Cinq banques ont souhaité participer avec ou sans Sofaris, ce qui permit d’obtenir avec l’une d’elles un emprunt à faible taux fixe, avec un apport personnel de 21% et 4% apporté par des proches et les cadres de l’entreprise. La banque qui a apporté le financement est adhérente du CRA et l’accord avec le repreneur a été favorisé par cette appartenance commune à une même structure de transmission d’entreprises.

5 - Après la reprise

Il était aussi convenu que les cédants seraient à mes cotés à temps partiel pendant les six premiers mois de façon décroissante et rémunérée.
Nous avons commencé par prévenir les clients de l’évolution de l’entreprise via un mailing et visiter ceux ayants des relations directes avec les anciens dirigeants.

Outre l’aspect commercial, la gestion quotidienne a complété mes premières journées.
J’ai découvert de façon plus approfondie les employés, et leurs qualités, aux travers des affaires et des questions induites. Ceci a permis, après deux semaines, que s’estompent les inquiétudes inhérentes au changement de direction.
Il reste de nombreux points à maîtriser au cours des mois qui suivront.

Maintenant que le projet de reprise est finalisé, il est temps de s’attaquer au projet suivant, le développement de l’entreprise.

6 - Les conseils

S’approprier les conclusions des experts qui ont aidé au montage du dossier et connaître son marché, permet d’être crédible.

S’assurer que le vendeur veut vendre l’affaire à vous même avant de négocier.

L’entourage du vendeur, banquier, comptable, intermédiaire... est un bon moyen pour faire passer des messages, afin de faciliter la négociation.

Si vous n’avez pas passé un an à étudier, la finance, le marketing et les audits d’évaluation dans le but d’une reprise, faites-vous aider ou suivez une formation adaptée (comme celle proposée par le CRA Formation, par exemple).

Email : eschenbrumer chez ae2i.fr

Site : www.ae2i.com


Voir d'autres Témoignages de repreneurs
Imprimer le contenu de la page
Voir d'autres
Témoignages de repreneurs

Latitude :

Longitude :


Haut de page