MENU
Cédants et Repreneurs d'Affaires

Accueil > Actualités > Témoignages de cédants >

De l’art de transmettre une entreprise artisanale à forte créativité

16 septembre 2015

René Archier a transmis une entreprise artisanale et familiale à forte créativité.
C.A. de 1 M €
,
7 salariés.

René Archier, Cédant CRA, transmet ANASTAY,
marbrerie de décoration d’intérieur et d’extérieur,
à Eric Rebour, Repreneur CRA, à Chateaurenard (Bouches du Rhône)

Entreprise possédant un savoir-faire artisanal rigoureux, de haut de gamme dans la décoration intérieure et extérieure. 

Elle conçoit, façonne, commercialise, pose des produits de qualité, sur-mesure, auprès d'une clientèle exigeante :
cuisines, salles de bains,
cheminées, escaliers,
revêtements de sols et muraux etc.

La réussite de cette transmission a été de trouver un repreneur qui ne soit pas du métier, pour avoir le temps de le lui transmettre dans la durée, et auprès d'une nouvelle génération d'architectes.

Des possibilités de transmission familiale qui n’aboutiront pas

La transmission familiale était de tradition dans l’entreprise

Anastay s’est transmis d’oncle en neveu depuis des générations.
René a bien une fille dans l’entreprise, qui ne souhaite pas reprendre.

Pourtant l’entreprise artisanale a bien évolué.
A l’origine, elle réalisait essentiellement de la marbrerie funéraire.
Sous l’impulsion de René, qui est devenu un membre très actif de l’Atelier des Marbriers Façonniers® de France, elle est devenue une entreprise spécialisée en créations, fabrications, installations sur-mesure sur tout le territoire français et frontalier.
Elle travaille à partir de roches issues des plus prestigieuses carrières de France et du monde.

Elle maîtrise toutes les techniques de façonnages : poli, adouci, bouchardé, bossagé, layé, patiné, vieilli, sablé, dessiné ...
... toute une poésie gravée dans le marbre !

La transmission aux salariés aurait pu aussi être une solution de continuité

Dans un souci de pérennité du savoir faire et de l’emploi local, René a bien présenté le projet de transmission à ses salariés, ce qui lui aurait bien plu.
Son gendre l’a aidé pour préparer le montage juridique et financier.

Après un très bon premier accueil, les salariés ont progressivement pris peur devant les risques que comportait une telle opération, pour eux, comme pour l’entreprise.

Il fallait s’en remettre à une transmission externe.

Après de vains essais de parutions d’annonces dans le milieu professionnel, René s’est souvenu d’un contact, remontant à plusieurs années, avec le CRA au Salon des Entrepreneurs à Paris.

Le choix entre repreneur personne morale et personne physique

Une entreprise du bâtiment ne partageant pas le projet de véritable transmission de savoir faire

Le premier réflexe dans une transmission externe est de chercher une entreprise du métier, ou du moins d’activité assez proche.

S’est présentée en premier une entreprise, familiale aussi, du bâtiment qui cherchait à investir dans des activités connexes.

La maîtrise du métier de marbrier n’était pas garantie à court terme, d’autant plus que l’entreprise candidate souhaitait réaliser l’opération rapidement avec un accompagnement de René limité dans le temps.

Un repreneur physique qui a eu un coup de cœur pour cette activité de création, à taille humaine

A ce moment-là, René est revenu vers le Délégué CRA pour lui demander de chercher plutôt un repreneur physique parmi la liste des adhérents.

C’est ainsi que Jacques Thénière lui a présenté Eric Rebour, venant de la Grande Distribution, qui s’est pris de passion pour l’activité d’Anastay.

Leurs compétences étaient complémentaires :

- à René tout le savoir faire de création et la maîtrise du matériau et des techniques de façonnage (plusieurs outils numériques dans son atelier)

- à Eric d’apporter son expérience marketing, informatique issue de la distribution moderne.

René et Eric ont donc pour projet, entre autres, de travailler sur l’évolution de la signalétique et l’image de l’entreprise auprès du public cible de la région.

Ils se sont mis d’accord sur une première période d’accompagnement de 6 mois.

A l’issue de celle-ci, forts de leur collaboration, ils l’ont reconduite pour une deuxième période de 6 mois.

Ce n’est plus de l’accompagnement, c’est un vrai tandem de transmission !

Les conseils pour un cédant

1) Ne comptez pas sur des annonces dans des revues professionnelles pour trouver votre repreneur.
Dans une niche, les candidats sont en nombre limité, surtout au plan local.

2) Tout dépend de la perspective de transmission.
Avec un repreneur qui n’est pas du métier, le passage de relais demandera du temps. Mais c’est, comme dans le cas de René, une nouvelle page passionnante à écrire, ... et à graver dans le marbre.


Voir d'autres Témoignages de cédants
Imprimer le contenu de la page
Voir d'autres
Témoignages de cédants

Latitude :

Longitude :


Haut de page