MENU
Cédants et Repreneurs d'Affaires

Accueil > Actualités > Témoignages de repreneurs >

F. de Felcourt, reprend Tortora Celsius, Equipement pour boulangeries, pâtisseries

5 janvier 2010

Florent de Felcourt, 43 ans, ingénieur, MBA, officier de marine, reprend Tortora Celsius Equipement, entreprise spécialisée dans la vente, l’installation et la maintenance d’équipements pour les boulangeries et pâtisseries à Dijon. CA : 2,5 millions d’euros, 12 personnes. Il est très important de bien associer toute sa famille dès le début du projet de reprise. Mon expérience de marin m’a permis d’ aborder la plupart des facettes de ce nouveau métier avec sérénité.

Vingt-trois années dans la marine nationale m’ont permis d’être confronté, souvent en très grande autonomie, à des situations inédites où s’entremêlent enjeux techniques, logistiques, humains et opérationnels. Mon expérience de pilote d’hélicoptères embarqué m’a donné l’attrait des défis, le sens du terrain, le goût pour les relations humaines et pour les missions accomplies en équipage. Plus récemment, une deuxième partie de carrière, orientée vers le contrôle de gestion est venue compléter mes connaissances en me familiarisant avec le pilotage de la performance, la finance et l’organisation des petites et grandes structures.
L’évolution de mon parcours professionnel vers la reprise d’une entreprise était pour moi une démarche assez naturelle. En effet, les situations que j’avais particulièrement appréciées dans la marine étaient précisément celles qui présentaient le caractère entrepreneurial le plus fort. Je me suis préparé en rencontrant d’autres repreneurs qui m’ont fait part de leurs expériences. J’ai également beaucoup lu et partagé ce projet d’avenir en famille pour que nous soyons tous mentalement prêts au changement de vie qui ne manquerait pas de se réaliser.

Recherche de cible

Je n’avais pas d’idée vraiment arrêtée sur un secteur professionnel ou géographique. J’étais naturellement attiré par une cible possédant des savoir-faire techniques. Je souhaitais, dans la mesure du possible pouvoir vivre dans une ville de plus de cent mille habitants pour avoir un certain choix d’écoles pour mes enfants. Après trois approches d’entreprises intéressantes mais qui, pour des raisons diverses, n’ont pu aboutir, je me suis inscrit au CRA à Paris où le délégué qui m’a parrainé, Monsieur Bouloré, m’a aidé à définir avec précision les caractéristiques d’une cible qu’il était réaliste de viser, compte tenu de mes aptitudes professionnelles et financières. J’ai apprécié son approche méthodique, pragmatique et rassurante.
Après deux autres tentatives infructueuses, je me suis intéressé de très prêt à l’entreprise Tortora Celsius Equipement, dont les caractéristiques correspondaient bien à mes attentes.

La négociation

F. de Felcourt
F. de Felcourt

Par l’intermédiaire du CRA de Dijon, la première rencontre a eu lieu le 27 juin. Ne connaissant pas très précisément le métier, nous l’avons analysé avec les cédants et nous avons pu constater ensemble que mon expérience de marin me permettrait d’en aborder la plupart des facettes avec sérénité. En particulier, les questions logistiques, techniques et organisationnelles devaient pouvoir être prises en compte sans difficulté. Après plusieurs rencontres, nous avons signé une lettre d’intention le 6 août, prévoyant un accompagnement par le cédant à temps plein jusqu’à la fin de l’année 2009. Il ne me restait plus qu’à organiser mon départ de la Marine, en concertation avec la direction du personnel, ainsi qu’à déménager vers Dijon afin d’être prêt pour la rentrée scolaire dès les premiers jours de septembre.

Le montage juridique et financier

Pour le montage, la rédaction du protocole d’acquisition et l’obtention du financement,  l’aide reçue des délégués du CRA de Dijon a été déterminante. M. Suire et M. Antoine m’ont orienté vers des experts des domaines juridique, comptable et financier qu’ils connaissaient et qui ont permis de conduire la partie administrative de la reprise dans des conditions optimales. La garantie d’OSEO a pu être obtenue dans les deux semaines qui ont suivi le premier contact avec cet organisme. Cette rapidité de traitement des dossiers a véritablement catalysé le succès du montage financier.
L’opération s’effectue sous forme de LBO avec acquisition de 100 % des parts de la cible par une société holding, l’ensemble permettant une intégration fiscale des sociétés concernées. Mon apport représente environ 45 % du montant de l’acquisition. Deux banques, dont celle de la cible, financent le complément en pool.

Les premiers pas dans mon nouvel environnement

Nous avions convenu, avec les cédants, de réunir l’ensemble du personnel pour leur présenter notre projet commun de transmission dès la validation du financement. C’est ainsi que le 18 septembre, après que les cédants eurent exprimé leurs motivations quant au mode de cession, j’ai pu me présenter. Je me suis attaché à m’exprimer avec une tonalité positive, à souligner l’excellente entente que nous avions su créer avec les cédants et à ouvrir des perspectives. Après une quarantaine de minutes de présentation et de questions réponses, nous avons bu un café tous ensemble. J’ai senti, très rapidement, que la confiance réciproque s’instaurait.
En parallèle, la région bourgogne m’a intégré au sein de son dynamique réseau « Bourgogne entreprendre » qui m’a apporté un complément de financement sous la forme d’un prêt personnel à taux zero ainsi que l’aide d’un « coach », chef d’entreprise expérimenté qui suit la reprise avec moi et qui me fait rencontrer autant d’interlocuteurs influents de la région.

Mes trois conseils :

  • En phase de recherche le plus important est probablement d’être mentalement prêt à se lancer ; d’où l’importance de bien associer toute sa famille au projet. En effet, lorsque la bonne affaire se présente, tout va très vite. Ce n’est alors plus du tout le moment d’avoir des états d’âme.
  • En phase de négociation  : avoir à cœur de régler tous les points difficiles entre décideurs. Les experts n’ont à mon sens pas besoin d’intervenir directement. Il vaut mieux solliciter leurs conseils entre deux réunions que de risquer de les voir jouer un rôle d’arbitre qui peut, dans certains cas, être contre-productif.
  • En début de reprise : ne pas hésiter à négocier le prix des prestations des experts juridique et comptable. Ce n’est pas parce qu’on s’adresse aux plus renommés qu’ils ne comprennent pas la situation financière tendue d’un repreneur et le potentiel futur de ses affaires…Bien au contraire !

www.tortora.fr/

 


Voir d'autres Témoignages de repreneurs
Imprimer le contenu de la page
Voir d'autres
Témoignages de repreneurs

Latitude :

Longitude :


Haut de page