MENU
Cédants et Repreneurs d'Affaires

Accueil > Actualités > Témoignages de repreneurs >

J-B Dusart reprend ERM’S, entreprise de chaudronnerie

9 juin 2010

Jean-Baptiste Dusart, 37 ans, ingénieur ENSI Caen, reprend ERM’S entreprise de chaudronnerie à Saint Philbert sur Risle dans l’Eure. C.A. 1,5 millions, 15 salariés. Les comptes de la cible s’étant dégradés au cours de la négociation, j’ai du imaginer des solutions pour parvenir à un prix de cession acceptable par les 2 parties.

J’ai passé 11 ans dans un grand groupe industriel para-pétrolier, 7 ans sur les chantiers offshore, d’abord comme petite main, puis comme directeur de la production, enfin j’ai fait 4 ans de gestion de projet, depuis les bureaux parisiens.
L’idée de reprendre une entreprise sommeillait depuis quelques années ; à 37 ans, il était temps de me lancer donc : démission en Mai 2009 et adhésion au CRA en Juin 2009
Les négociations de rupture conventionnelle n’ayant pas abouti, ce fut une une démission sèche, sans indemnités. D’aspect désagréable au premier abord, ceci s’est révélé assez positif lors de la recherche, comme preuve de motivation auprès des interlocuteurs.

Définition de la cible

La définition de la cible a été depuis le début relativement précise :
- une entreprise de chaudronnerie, un milieu que j’ai connu à travers mon parcours professionnel, et dont j’estimais qu’il était encore porteur
- une entreprise de 15 personnes environ, en adéquation avec mes capacités et mes moyens
- une entreprise située dans le quart nord ouest de la France, pour des raisons personnelles
Cette bonne définition du projet de départ m’a permis d’entreprendre une démarche de recherche systématique : à partir de la base de donnée Diane, j’ai sélectionné de manière assez exhaustive toutes les entreprises qui correspondaient ou s’approchaient des critères de recherche. Et j’ai écris, à la main (détail qui permet que la lettre ne finisse pas dès réception à la poubelle), à chacune d’elle. Le résultat s’est avéré probant, avec environ 20% de réponses « positives » sur une bonne centaine de lettre envoyées, et un accueil plutôt bienveillant des chefs d’entreprise contactés.

Durée de la recherche

Au final, une durée de recherche relativement courte – moins de 6 mois entre le début de la recherche effective et la signature définitive, une certaine possibilité de choix parmi quinze entreprises visitées et 3 étudiées plus en détails et la reprise d’une entreprise de chaudronnerie de 15 personnes et 1,5 M de CA, à coté de Rouen
Accessoirement, cette démarche a aussi amenée des solutions de reprises plus originales : reprise progressive sur plusieurs années, investissements partagés dans une société fille...

Les négociations

Entre la première rencontre et la signature le 12 février 2010, 4 mois ½ ; mais les véritables négociations ont duré 2 mois ½ environ. Le principal problème rencontré a été la dégradation des comptes tout au long de la négociation : à la première rencontre, les comptes 2009 devaient être à l’équilibre ; 3 mois plus tard, perte nette importante et découverte que le cédant avait prélevé des dividendes en 2009.

ERM'S à St Phillibert dans l'Eure
ERM’S à St Phillibert dans l’Eure

Le cédant ne voulant pas entendre parler d’une diminution du prix, une solution intéressante et équitable a été trouvée avec une indexation du prix sur les résultat 2010 : en substance, si la situation fin 2010 est équivalente à celle de la première rencontre, l’intégralité du prix sera payé ; si non, chaque euros en moins est retiré.
Au final, l’entreprise a été payée 110 K euros à la signature, avec possibilité d’un complément de prix de 120 K euros en fonctions des résultats

Le financement de la reprise

Du fait des pertes de la société en 2009, la très grande majorité des banques courageuses a méprisé ma demande, malgré un apport personnel non négligeable ; une seule réponse positive, HSBC, avec un accord de principe pour un post-financement, mais toujours pas finalisé.
J’ai donc, pour l’heure, financé la reprise intégralement avec mes propres deniers :
- 110 Keuros de rachat des parts, qui devrait être très prochainement couvert par un emprunt bancaire et une caution personnelle de 25Keuros
- 50 Keuros apportés en compte courant de la société
- 30 Keuros de frais de reprises

L'atelier de chaudronnerie
L’atelier de chaudronnerie

Montage juridique et rôle des experts

Une holding a été crée, pour racheter les parts de la société fille ; avec un avantage principal : une déduction fiscale de 25% des fonds versés au capital social de la holding
J’ai fait appel à un expert comptable et à un juriste pour m’accompagner : outre leur rôle technique primordial, ils ont un rôle de conseil et de contradicteur et permettent de garder la tête froide pendant toute la durée de la négociation.
La négociation s’est faite principalement en direct, ce qui est préférable à mon avis pour gagner du temps – les conseillers ne sont pas les payeurs, mais quelques points d’achoppement plutôt secondaires ont été réglés par les conseils.
J’avais bien sûr rédigé un business plan, nécessaire pour formaliser une pensée diffuse, et avoir un plan d’attaque ; les banques ne le lisent pas ; en revanche, s’il manque une virgule dans un tableau prévisionnel...
J’ai obtenu une garantie de passif ce qui est indispensable, mais il ne faut surtout pas qu’elle ai à s’appliquer : sa mise en oeuvre relèvera du casse tête
Nous sommes convenu d’un ’accompagnement par le cédant après la reprise d’une durée 1an maximum, compte tenu du montage du prix.

Mes premières impressions

- même si j’étais prévenu, je ne m’attendais pas à ce qui m’est tombé sur le nez : angoisse, stress, journée de 25h. L’eau est froide, pour ne pas dire glacée ; j’en ai littéralement suffoqué la première semaine ; et après et depuis, j’agite mes petits bras pour sortir la tête de l’eau ; l’avenir me dira si ça suffit
- là aussi, tout le monde vous le dit : il faut avoir le soutien inconditionnel de votre famille : je confirme : sans celui-ci, l’expérience me paraît impossible à tenter et encore moins à réaliser
- l’accompagnement du cédant se passe plutôt bien et est bien utile pour faire face à une quantité de travail importante, et prendre ses marques ; néanmoins, il faut être vigilant à bien marquer son territoire.
- si c’était à refaire, je recommencerai demain ; c’est dur, harassant et passionnant ; et plus ça avance, plus je prie et je travaille pour ne pas à redevenir salarié un jour
jbdusart chez libertysurf.fr


Voir d'autres Témoignages de repreneurs
Imprimer le contenu de la page
Voir d'autres
Témoignages de repreneurs

Latitude :

Longitude :


Haut de page