MENU
Cédants et Repreneurs d'Affaires

Accueil > Actualités > Témoignages de cédants >

JP Peltier, 63 ans, cède JP Peltier SAS, installation, et agencement de magasins.

20 novembre 2008

Jean-Pierre Peltier, 63 ans, cède JP Peltier SAS, installation, et agencement de magasins. 45 salariés, CA de 10 millions €. Il privilégie la pérennité de son entreprise et le maintien de l’activité dans sa région.

Jean-Pierre Peltier, 63 ans, s’est toujours fixé comme objectif de développer et consolider son entreprise créée en 1972. Ce dirigeant, aujourd’hui à l’âge de la retraite, a donc choisi de céder JP PELTIER SAS selon certains critères bien déterminés. Il s’est donc lancé dans l’aventure de la cession avec une vision claire du profil du repreneur idéal.

L’EFFET MIROIR

Lorsque j’ai été déterminé à céder mon entreprise, je m’étais forgé le portrait du repreneur idéal.
Je cherchais quelqu’un qui me ressemble… C’est-à-dire un repreneur animé par la volonté affirmée d’assurer la pérennité de l’entreprise et qui, surtout, ne serait pas effleuré par une quelconque idée de délocalisation. Ce point était capital pour moi, mon entreprise se trouve à Remiremont dans les Vosges et pour beaucoup, cela ne représente pas une situation stratégique idéale.

PRENDRE LE TEMPS DE LA RÉFLEXION

Et surtout, prendre le temps d’observer les repreneurs potentiels, de les jauger afin d’ assurer la cohérence de nos visions et nos affinités. Pour ma part, mes premières démarches datent d’il y a 3 ans, je n’ai pas rencontré de candidats à la reprise avec qui le courant pouvait passer. Par la suite, je l’avoue, j’ai laissé tombé. L’âge de la retraite pourtant était imminent.

DES RENCONTRE ENRICHISSANTES.

J’ai tout d’abord rencontré, début 2008, un banquier à qui j’ai confié mon souhait de céder mon entreprise. Il m’a indiqué quelques sociétés intermédiaires. Parallèlement j’ai été contacté par 2 sociétés dont Sociétex, conseil en transmission qui avait des mandats de recherche. J’ai choisi de travailler avec ces structures qui m’ont permis de rencontrer des repreneurs potentiels. J’ai donné ma préférence à 2 candidats qui, à mon sens, et bien que différents dans leur cursus et leur personnalités, pouvaient correspondre à l’idée que je me faisais de mon successeur.

LAISSER LE CHAMPS LIBRE ET OBSERVER.

Je ne me suis absolument pas engagé auprès de ces 2 candidats à la reprise, Je leur ai donné toutes latitudes afin qu’ils fassent les audits qu’ils souhaitaient mener, nous avons ainsi pris le temps d’apprendre à nous connaître. Cela était essentiel pour moi, mon choix final se devait d’être le bon.
En fait, pendant toute cette période, nous n’avons pratiquement pas parlé « argent ». Cela n’était pas le cœur du débat.
L’un des 2 candidats possédait, d’une certaine façon, une expérience proche de mon domaine d’activité (l’installation, l’équipement et l’agencement de magasins), Jean-François Gallemard, venait de chez Visual. Il était chargé du développement et réalisait 40 magasins par an par le biais de leur service intégré. Bien que résident à Dijon, à 2h30 de route, Jean-François Gallemard tenait à ce que l’entreprise reste à Remiremont.

L’HEURE DU CHOIX

Au tout dernier moment, Jean-François Gallemard m’a convaincu qu’il serait le plus habile à pérenniser cette affaire et qu’il serait surtout le plus apte à se faire accepter par le personnel qui représente « la valeur essentielle de l’entreprise ». Certains d’entre eux affichent près de 30 ans d’ancienneté, ils maîtrisent parfaitement leur métier. Ils ont participé autant que moi au succès de l’entreprise, je ne voulais surtout pas qu’ils soient traumatisés ou fassent les frais de la cession.

LA VALORISATION DE MON ENTREPRISE ?

Je me suis fié à mon expert-comptable, je connais mon entreprise depuis 30 ans, je connais ses hommes, son potentiel, son marché. Il fallait également prendre en compte les réserves financières. J’ai, bien sûr, pour la phase finale, fait appel au conseil juridique de l’entreprise qui la suit depuis une trentaine d’années. Nous avons affiné petit à petit. La valeur de l’entreprise a ainsi pu être fixée.

ET AUJOURD’HUI ?

Nous sommes en novembre 2008, Jean-François Gallemard est aux commandes de l’entreprise, moi je l’accompagne pour une durée de 6 mois.
Ce fut une affaire rondement menée. Cette expérience m’a appris que la cession de son entreprise s’inscrit dans un acte de management et de gestion. Si j’avais quelques conseils à donner à ceux qui, comme moi, souhaitent prendre leur retraite, ce serait de s’y prendre tôt, au moins 3 ans à l’avance, de ne surtout pas signer d’exclusivité et d’ oser mettre en concurrence au moins 2 repreneurs potentiels réellement décidés, tout en mettant la barre haut afin de tester leurs ambitions et leurs aptitudes à assumer leurs futures responsabilités.

COMMENT AGIR AVEC LE PERSONNEL ?

J’ai pris le parti de ne pas prévenir le personnel, seul mon comptable était au courant dans le plus grand secret. Je ne voulais pas effrayer l’ensemble de mes collaborateurs, cela aurait été néfaste pour eux, pour l’entreprise et pour le projet. Après la vente, j’ ai d’abord informé les cadres, puis le secrétariat et les chefs de chantier. C’est dans le cadre d’une soirée qui s’est déroulée le vendredi suivant la conclusion de la transaction que j’ai informé la totalité du personnel. J’ai tenu à les rassurer, je ne les avais pas livrés à un grand groupe, mais à un entrepreneur qui partageait les mêmes valeurs que moi et qu’il n’était surtout pas question de délocalisations ou de restructurations synonymes de suppressions d’emplois . Il était primordial que tout le monde soit confiant et rassuré : « le succès de mon entreprise, je le dois en très grande partie à eux et ils sont tous également garants de sa pérennité. »

JP Peltier SAS est installé à St Etienne les Remiremont dans les Vosges

Pour lire le récit de la reprise de JP Peltier par JF Gallemard : cliquer ici

Pour contacter JP Peltier : cliquer ici

Pour aller plus loin Le récit du repreneur

Voir d'autres Témoignages de cédants
Imprimer le contenu de la page
Voir d'autres
Témoignages de cédants

Latitude :

Longitude :


Haut de page