MENU
Cédants et Repreneurs d'Affaires

Accueil > Actualités > Témoignages de repreneurs >

Jean OLLAGNIER, 49 ans, Centrale, reprend la Société EHI

7 février 2006

Jean OLLAGNIER, 49 ans, Centrale, reprend la Société EHI, 13 salariés, qui conçoit, fabrique et installe des escaliers métalliques sur mesure.

Jean OLLAGNIER, 49 ans, Centralien, a plus de 20 ans d’expérience dans le domaine de la construction successivement
en bureau d’études, entreprise générale, puis dans l’industrie des Matériaux de Construction
à la Compagnie de Saint-Gobain enfin comme directeur de filiale dans un groupe de négoce
en Matériaux de Construction, situation qu’il quitte courant 2003.

Il s’inscrit à la formation CRA de décembre 2003 et fait partie ensuite d’un groupe de repreneurs.

1. La recherche de la cibleLes premièrs contacts avant stage sont plutôt infructueux. Dès après le stage 3 dossiers
correspondant au profil de la recherche sont à l’étude avec l’équipe rapidement constituée
Deux affaires à dominante de négoce et transormation de produits techniques sont finalement
laissées de côté pour visibilité insuffisante et le consensus des experts s’établit vite
pour chercher à concrétiser la reprise d’EHI.

2. La société EHICréée en 1979, la société EHI, est installée à Villevaudé (77) en bordure de la A104 ; elle
fabrique dans ses ateliers des escaliers métalliques sur mesure : du plus simple escalier
d’accès ou escalier de secours aux réalisations les plus audacieuses conçues par des architectes
ou décorateurs. Un bon savoir faire, un fonds de commerce mais une entreprise très essouflée
au moment où le cédant 78 ans après un exercice 2003 très déficitaire prend la décision
de transmission qui s’imposait.

3. Les étapes de la repriseUn premier rendez vous fin 2003 ; Les résultats de l’exercice sont connus dèbut février,lourdement
déficitaires.
L’enseignement du stage est plutôt : affaire en perte = pas de LBO = donc classer le dossier.
Et c’est pourtant un financier qui incite à s’atteler à ce projet de reprise. Son raisonnement ?
une véritable niche peu attractive pour des poids lourds et sans volume pour des importations à bas prix

  • des perspectives de redressement tangibles à 2 ans apparaissent dans les coûts
  • un repreneur dont la culture technique correspond au profil de l’affaire.

Bref jouer le "recovery" pour un effet de levier pouvant être d’autant plus important.
La cible étant alors choisie le reste s’effectue en 5 mois dont les épisodes, classiques, lettre
d’intention, protocole, levée des conditions suspensives ne sont pas exempts de tensions
émotions et surprises. La cession des titres a lieu le 29 juillet 2004.

4. Le financementLe financement s’effectue sans obstacle autre que le délai en période d’été
dans des conditions classiques moyennant garanties et nantissements en faveur
de la banque accordées de bonne grâce compte tenu du montant raisonnable de
la transaction, voisin des fonds propres,et d’un bon niveau de confiance.

5. Après la repriseContractuellement pas d’accompagnement du cédant qui aspire au repos.
Les axes stratégiques du redressement étant vite cadrés (augmenter les prix, redynamiser
les ventes et diminuer les coûts) il faut immédiatemment passer à l’exécution et dès l
es premiers résultats engrangés amorcer la suite de la manoeuvre : renouvellement des
équipements industriels et informatiques ; la confiance et la remotivation d’une équipe
très ancienne et inquiète ne s’obtient pas par les mots mais par des réalisations concrètes
(investissement, intéressement..).

6. Les conseilsLe marché de la reprise étant très compétitif (beaucoup de candidats/peu d’élus),
Faire sentir à tout moment et en tout lieu qu’on est l’homme (la femme) de la situation

  • auprès des intermédiaires pour obtenir le meilleur de leur portefeuille
  • auprès des cédants et leur entourage, puis du personnel de la cible
  • auprès des banques

Pour cela il faut se montrer crédible et rassurant :

  • rester dans son/ses domaines de compétence réels et perçus
  • porter un projet correctement dimensionné dans un domaine

présentant un stock et un flux d’affaires à vendre suffisant

  • présenter une équipe solide et bien adaptée au projet
  • obtenir le bagage nécessaire par la formation du CRA

Enfin une première acquisition fût-elle de taille limitée donne rapidement
une meilleure position sur le marché de la transmission et ouvre la voie
de la croissance externe.

jollagnier chez wanadoo.fr
http://www.escalier-ehi.fr


Voir d'autres Témoignages de repreneurs
Imprimer le contenu de la page
Voir d'autres
Témoignages de repreneurs

Latitude :

Longitude :


Haut de page