MENU
Cédants et Repreneurs d'Affaires

Accueil > Actualités > Témoignages de repreneurs >

Jérôme SERRAT, 43 ans, reprend E.L.F.E. Ecole de Langue Française pour Etrangers

16 septembre 2004

PROFIL

Jérôme SERRAT, 43 ans, marié, 2 enfants.

SA CARRIERE

A sa sortie de l’Essec, en 1983, il fait son service militaire comme commissaire du Transport de Chalands de Débarquement « Orage » qui a un équipage de 220 personnes, pour des missions en Polynésie et en Afrique. Il est responsable de l’intendance de cette unité. Après 2 ans d’Audit chez Peat Marwick , il rentre en 1980 à la direction financière d’ELF. Il passera ainsi 3 ans en Norvège comme responsable du système d’information de gestion à Stavanger, puis 4 ans et demi comme chef du service comptabilité d’ELF Gabon. Il revient à Paris 4 ans comme responsable du reporting de la branche Exploration et Production d’ELF Aquitaine (50 entités et 7,8 milliards d’euros de C.A) puis est nommé correspondant Exploration et Production de la communication financière du groupe. Fin 2001, il repart pour un an au Gabon comme contrôleur financier d’ELF Gabon. A son retour fin 2002, Jérôme SERRAT se sent la fibre d’un entrepreneur et obtient fin 2002, un congé « création d’entreprise », sans salaire ni ASSEDIC, mais avec la couverture assurance de son employeur, et la possibilité de réintégrer le groupe si son projet de création reprise n’aboutit pas à l’issue d’une période maximale de 2 ans.

RECHERCHE ET NEGOCIATION

Fin décembre 2002, il suit la formation CRA et intègre un groupe de repreneurs CRA. Au bout de 3 mois, il renonce à son projet initial de reprendre une affaire dans l’archivage papier, les affaires de ce secteur étant d’une taille trop importante par rapport à ses disponibilités. Il réoriente ses recherches dans le secteur de la Formation qui l’a toujours intéressé. Sur 10 dossiers, il rencontre 3 cédants, fait une offre pour l’un d’entre eux qui n’aboutira pas car il sera le moins disant. En septembre 2003, il fait une proposition à la société ELFE, Ecole de Langue Française pour Etrangers, (décidément ce nom le poursuit) et signe un protocole d’accord en janvier 2004, avec 2 conditions suspensives sur les résultats et le niveau de la trésorerie à fin 2003.

Après une très forte progression en 2000, les effets conjugués du 11 septembre 2001, du SRAS et de la forte hausse de l’Euro ont pesé sur les chiffres de 2003 Cela conduit Jérôme SERRAT à dénoncer le protocole de janvier 2004 et à faire une nouvelle offre revue à la baisse. Un 2ème protocole sera signé le 2 avril et l’acte de vente le 27 avril 2004.

LA CEDANTE

La cédante n’a que 33 ans. Elle est la fille de la fondatrice de l’Ecole qui a été créée en 1984. La cédante souhaitait se consacrer à sa passion, la sculpture, ce que ne lui permettait pas la direction de la Société. La période d’accompagnement prévue pour 2 mois a été ramenée à un mois, d’un commun accord.

LA SOCIETE REPRISE

ELFE - Ecole de Langue Française pour les Etrangers - est un établissement privé d’enseignement supérieur, installé sur 400 m2 dans un hôtel particulier du XVIIIe siècle, au coeur de la Villa BALLU, au centre de Paris, dans un environnement de calme et de verdure. L’école est ouverte toute l’année et propose aux adultes des cours de français intensif en mini groupes ou en cours particuliers. Les marchés sont multiples : étudiants très motivés, cadres étrangers en stage d’immersion à Paris et conjoints d’expatriés à Paris. Environ un tiers des étudiants a une motivation uniquement culturelle. ELFE réalise un CA de plus d’un million d’ euros avec une équipe de 11 personnes complétée par des vacataires les mois d’été.

FINANCEMENT

Jérôme SERRAT et 2 associés ont apporté 45% en fond propre, le solde a été financé par un prêt bancaire, une remontée de trésorerie vers la holding et un petit crédit vendeur. Les frais d’avocat et d’audit comptable et social ont représenté plus de 30 000 euros.

RECOMMANDATIONS AUX FUTURS REPRENEURS

Si l’affaire est vendue par le canal d’un intermédiaire, éviter de se confier à lui, car c’est le défenseur du cédant et si vous lui faites part de vos états d’âme, il risque de les répéter au Cédant.

Le 1er contact avec le cédant est très important. Il doit se faire en tête à tête sans la présence des conseils respectifs. Dès le 1er contact, la cédante a su que Jérôme SERRAT était le bon repreneur, ce qui n’empêche pas de vivre des situations qui peuvent être tendues pendant la négociation. Enfin le repreneur doit tout vérifier, auditer, creuser avant de s’engager définitivement.

Jérôme SERRAT a pu constater la fidélité des clients et l’excellente notoriété de la société pendant un salon à l’étranger pendant lequel la cédante l’a présenté à ses correspondants. C’est un excellent moyen pour confirmer sur le terrain les impressions que l’on peut se faire d’une société que l’on souhaite reprendre.

E.L.F.E. : 8, villa Ballu -75009 PARIS

Pour aller plus loin http://www.elfe-paris.com

Voir d'autres Témoignages de repreneurs
Imprimer le contenu de la page
Voir d'autres
Témoignages de repreneurs

Latitude :

Longitude :


Haut de page