MENU
Cédants et Repreneurs d'Affaires

Accueil > Actualités > Témoignages de cédants >

L. Chevalier et C. Jourdier cèdent Natiloo, vente de produits bio sur internet.

21 juillet 2010

Ludovic Chevalier, 31 ans, ESC Toulouse, et Christian Jourdier, 33 ans, ESC Toulouse, cèdent Natiloo, vente de produits bio sur internet. C.A. 3,7 millions € avec 8 salariés. Un dossier de présentation clair et net sur la société, un portrait robot du repreneur, et une valorisation raisonnable et réfléchie ont permis de céder la société en 8 mois.

En juin 2007, 6 ans après avoir obtenu leur diplôme de l’ESC Toulouse, Ludovic Chevalier s’associe à Christian Jourdier, pour créer un site internet de vente de produits bio pour bébés.

En sortant de l’école Ludovic passe 2 ans à Madagascar, comme responsable de zone d’un distributeur de matériel pour les TP. Il passe ensuite 3 ans chez Thalès comme commercial Export.
Christian Jourdier, fait ses premières armes chez Natexis, 2 ans au Brésil, puis 4 ans à Paris.

Les 2 amis partagent le même projet : créer une entreprise. Ils sont sensibilisés par les questions d’écologie. Ils envisagent de se lancer dans le développement des énergies propres. Ils abandonnent ce créneau, trop technique pour eux.
C’est alors qu’ils ont l’idée de créer un site internet de vente de produits bio pour bébé. Ils découvrent un marché presque vierge et décide de créer Natiloo en juin 2007. Ils sont lauréat du Réseau Entreprendre et la première année financent leur stock sur leurs fonds propres.

La deuxième année, un BFR négatif leur permet de financer la croissance de leur stock.
Le développement de l’affaire est très rapide : le CA atteint 1,6 millions au bout de 18 mois pour doubler l’année suivante.

La mise en vente de Natiloo

En 2009, l’affaire est sur les rails et atteint son point d’équilibre. Ces jeunes entrepreneurs se sentent plus une âme de créateurs que de managers gestionnaires. 3 ans c’est un premier cycle. Il fallait repartir pour 5 ans et ils ne se sentent pas forcément les meilleurs pour assurer le développement de l’entreprise.

Ils décident de vendre leur affaire et adhérent au CRA en juin 2009.

La recherche d’un repreneur

Avec l’aide de notre délégué CRA, nous définissons un portrait robot de notre futur repreneur :
- d’abord une forte motivation
- un profil jeune
- une expérience de l’internet et de ses leviers
- une bonne expérience du management dans une PME de 20 à 50 salariés.

Le CRA nous présente plusieurs candidats dont une société qui veut faire de la croissance externe.
Très rapidement le courant passe avec l’un d’entre eux :
Arnaud Solal a 36 ans, diplômé de Dauphine. Il a travaillé dans une start up internet dans les années 2000, avant de reprendre avec son frère la société familiale, spécialisée dans la communication par l’objet.
Sa première expérience lui donnait une forte motivation pour retourner dans l’internet.

La valorisation

La période ou une start up était valorisée 10 fois ses pertes est révolue depuis longtemps.
Fondamentalement Natiloo a une activité de commerçant. Nous nous sommes rapprochés des ratios du commerce traditionnel.
Le prix de cession a été établi sur la base d’un pourcentage du chiffre d’affaire, avec une clause d’earn out..

La négociation

Il n’y a pas eu de négociation à proprement dit sur la valorisation, car le prix de départ était cohérent et raisonnable.
La négociation a été menée en bonne intelligence, avec une exclusivité pour le repreneur dès la réception de la L.O.I.
Le repreneur était accompagné du fond d’investissement CMCIC .
Nous avons accepté une clause de non concurrence de 3 ans et une période d’accompagnement de 6 mois.

L’apport du CRA

Le CRA nous a réellement aidé, au tout départ, pour nous expliquer le processus d’une cession.
Claude David, notre délégué CRA, nous a aidé sur la définition du profil et le process de sélection.
Pendant la négociation, il a servi de tiers de confiance. Il a pu faire passer des messages à l’acquéreur, sans prendre parti. Cela évite des blocages. Pour notre part nous avons fait appel à l’avocat de la société.

Conseils aux cédants

- Il faut faire une valorisation juste et équilibrée, dès le départ. Cela évite les blocages.
- Etablir un dossier clair et net sur la société en quelques pages : son passif, son avenir, sans dévoiler pour autant sa stratégie.
- Bien s’entourer
Nous n’avons malheureusement pas eu le temps de participer à la journée de sensibilisation à la cession, proposée par le CRA. Mais le guide CRA « Transmettre ou Reprendre une entreprise » nous a beaucoup aidé. Nous n’avons pas trouvé d’ouvrage plus complet et aussi précis, correspondant à la taille des PME

Et maintenant ?

Nous souhaitons mettre notre expertise du e-commerce à profit d’autres sociétés qui souhaiteraient ouvrir ce canal de distribution. Nous avons créé une entreprise de conseil ( Enyom – www.enyom.com) avec l’ambition d’accompagner nos clients sur les problématiques e-marketing et e-logistique pour les aider à lancer ou optimiser cette activité.

l.chevalier chez enyom.com


Voir d'autres Témoignages de cédants
Imprimer le contenu de la page
Voir d'autres
Témoignages de cédants

Latitude :

Longitude :


Haut de page