MENU
Cédants et Repreneurs d'Affaires

Accueil > Actualités > Mot d’expert >

L’importance du financement à court-terme pour les TPE/PME

20 décembre 2016

L’importance du financement à court-terme pour les TPE/PME : comprendre son besoin, mettre en place les solutions adaptées et bien utiliser ses ressources.

Les financements dits de court terme ont une durée inférieure à un an. Dans la pratique, ils permettent de financer l’activité quotidienne de l’entreprise, à la différence des financements moyen/long terme qui sont destinés à soutenir la croissance de l’entreprise et ses investissements. Il est donc primordial, lors de la création ou de la reprise d’une société, de bien identifier ce besoin, de choisir un mode de financement adapté aux caractéristiques de la société, à ses ressources financières humaines et techniques. Enfin, il est indispensable de bien gérer l’allocation des ressources disponibles à courts, moyens et longs termes

  1. Pourquoi l’exploitation quotidienne génère-t-elle un besoin de liquidités ?

Le quotidien de l’entreprise est marqué par des achats (matières premières, fournitures, marchandises) dans un premier temps, puis des ventes dans un second temps. Ce cycle dit « d’exploitation » implique un besoin de trésorerie dans la plupart des activités B2B, les décaissements associés aux paiements des achats et des charges ayant généralement lieu avant les encaissements associés aux ventes... Alors comment régler ces achats et charges ?

Ce décalage entre les encaissements et les décaissements génère un « Besoin en fonds de roulement » ou BFR. La créance (le non-encaissement) est compensée seulement en partie par la dette fournisseur (le non-décaissement). Mais le BFR comprend plus largement le financement du stock et des créances fiscales et sociales. Son calcul peut être résumé ainsi : créances d’exploitation + stocks – dettes d’exploitation (dettes fournisseurs et dettes fiscales et sociales).

Tous les éléments constituant le BFR à un instant donné disparaissent rapidement : les stocks sont consommés, les fournisseurs sont réglés, les créances clients sont réglées. Cependant, ces créances clients, ces dettes fournisseurs et ces stocks sont constamment remplacés par d’autres. Le BFR est donc à la fois liquide et permanent. C’est pour répondre à ce besoin permanent que l’entreprise doit mettre en place un financement à court terme.

2. Quels moyens sont à la portée des TPE/PME ? Quel coût financier, humain et technologique ?

Les principales solutions de financement à court-terme sont les suivantes : (i) les crédits de trésorerie par facilité de caisse ou découvert autorisé et (ii) la mobilisation d’actifs qui permet de liquider par anticipation ou de les utiliser en garantie de crédits.

Les crédits de trésorerie, ont un coût calculé sur le montant du débit et le nombre de jours utilisés. D’autres formes de crédit à court terme sont parfois proposées, comme les crédits de campagnes pour les besoins saisonniers.

La mobilisation de créances commerciales est souvent la plus adaptée aux TPE/PME car elle permet de mettre à profit le décalage de trésorerie matérialisé par les créances commerciales (les factures en attente de paiement). Les modes les plus connus sont l’escompte (sur effets de commerce), la cession à titre de garantie (loi Dailly) et l’affacturage. La notification de créances commerciales permet à la société utilisatrice de recevoir une avance de trésorerie sur la base de ses créances en attente de paiement, sans remettre en cause les délais de paiement accordés aux clients, qui reste un argument commercial fort et, bien souvent, une nécessité.

Les coûts de ces différentes solutions peuvent se révéler difficiles à appréhender pour un dirigeant de TPE/PME, qui n’est pas nécessairement expert financier et dont la société possède rarement les ressources internes pour analyser et arbitrer ces choix financiers. Pour chaque produit, il conviendra de vérifier, au-delà des frais de dossiers et des taux d’intérêt, les différents frais « cachés » : taux de base appliqué, services associés ayant parfois un coût additionnel important. Il est à noter que l’environnement actuel de taux bas favorise la prolifération de ces frais annexes pour compenser la baisse relative des frais d’intérêt. Il est donc important de s’assurer de la clarté des tarifs pratiqués par les différents établissements bancaires et non-bancaires pour se donner la capacité de comparer les offres.

Il convient de se poser la question de la présence ou non dans l’entreprise des moyens humains (disponibilité de l’équipe de gestion si elle existe) et techniques (Logiciel de facturation, automatisation du processus de facturation, extraction rapide de documents justificatifs...). Ces moyens techniques, notamment la maitrise des logiciels comptables et des outils web, sera d’autant plus utile qu’un nombre parfois important de documents doit être fourni (bilan comptable, comptes de résultats des différents exercices, tableau de trésorerie, prévisionnel d’activité, copies des factures, justificatifs de livraison, etc.). Ces tâches sont de nature à occuper les équipes administratives.

Certains modes de financement alternatifs (notamment ceux proposés par les Fintech de l’affacturage) proposent à l’entreprise de conserver la gestion et le recouvrement des créances pendant le contrat de mobilisation. Cela peut être très avantageux pour préserver la qualité de la relation client, surtout pour les TPE/PME pour lesquelles les relations commerciales sont souvent basées sur la confiance.

En revanche, ces méthodes impliquent la mise en place de moyens humains et techniques pour effectuer ces actions quotidiennes de gestion. Il est donc important de se renseigner sur le volume de travail à fournir et les outils nécessaires, en amont de la mise en place du contrat.

3. Pourquoi faut-il bien utiliser les liquidités obtenues ?

L’étude de la structure du bilan montre bien les équilibres à respecter :

Le surplus des fonds propres et emprunts sur les besoins d’investissement (le fonds de roulement) peut en théorie financer une partie du BFR. En pratique :

  • les fonds propres ne sont pas toujours synonyme de cash disponible ;
  • une meilleure utilisation peut être faite des Capitaux Propres, qui sont d’ailleurs les ressources longues les plus coûteuses à obtenir et mieux appropriées pour financer des actifs longs aussi.

Dans cet exemple, un découvert vient combler le BFR.

Dans ce deuxième exemple, un financement de court-terme couvre le BFR et permet à la société de maintenir un niveau de trésorerie stable sans avoir recours aux découverts ou à des financements couteux plus haut dans le bilan.

 

Les liquidités obtenues via le crédit court-terme ou la mobilisation des créances, doivent être affectées en priorité au paiement des fournisseurs et des charges d’exploitation courante. La mise en place d’une solution de financement du BFR permettra d’améliorer la rentabilité de l’exploitation - efficacité commerciale grâce aux délais accordés aux clients, satisfaction des fournisseurs, amélioration de la gestion du poste clients, etc.

En revanche, il est extrêmement dangereux d’utiliser les liquidités ainsi libérées pour acheter des machines ou investir dans d’autres actifs de long terme : le retour sur investissement de ces opérations se faisant à moyen/long terme, il ne permet pas le remboursement rapide exigé par le financement court terme. De plus d’autres modes de financement y sont beaucoup adaptés... Mais c’est un autre sujet.

En conclusion :

La mise en place de financements à court-terme est cruciale pour les TPE, car ils permettent d’améliorer l’efficacité commerciale au quotidien et plus largement de préserver les fonds propres de l’entreprise qui, par nature, doivent assurer les perspectives long-terme de l’entreprise. De plus, la prise en compte du degré de développement de la fonction finance/gestion dans l’entreprise et des moyens à disposition permettre de former des équipes à l’utilisation de nouveaux outils et à une gestion saine du poste-clients. Enfin, le fait d’adapter la maturité d’un financement (court-terme ou long-terme) au type d’actif qu’il finance permet de préserver l’équilibre financier ainsi que les fonds propres de la société.

L’évolution du cadre réglementaire et les progrès informatiques permettent aujourd’hui à des nouveaux acteurs d’offrir un crédit de trésorerie efficace aux entreprises françaises et de sortir enfin de la dépendance bancaire, les Fintech en affacturage en sont le meilleur exemple.

Chloé Richon – Analyste crédit chez Créancio – contact chez creancio.com

Antoine d’Ornellas - antoine.dornellas chez creancio.com

JPEG - 4.7 ko
Créancio

http://www.creancio.com/
 

Pour aller plus loin Créancio

Voir d'autres Mot d’expert
Imprimer le contenu de la page
Voir d'autres
Mot d’expert

Latitude :

Longitude :


Haut de page