MENU
Cédants et Repreneurs d'Affaires

Accueil > Actualités > Témoignages de cédants >

La maîtrise du processus de transmission d’entreprise par un ancien repreneur CRA

20 février 2016

Michel Treinen, Cédant CRA, transmet la société SDV Agencement, à Julien Gros, Repreneur CRA, à Gérardmer (Vosges). CA : 1,6 M €. 17 salariés.

 

 

Michel Treinen, Cédant CRA, transmet la société SDV Agencement, à Julien Gros, Repreneur CRA, à Gérardmer (Vosges).

La maîtrise du processus de transmission d'entreprise par un ancien repreneur CRA

L’objectif principal : la transmission plus que la vente, c’est à dire un plan d’avenir

Une fois le projet émis de transmettre son entreprise, pour des raisons personnelles de réduction de son activité et de ses déplacements, Michel a pris le temps de mûrir sa décision, pour bien penser à tous ses aspects : retraite, profil du repreneur, préparation de l’entreprise.

Son objectif premier était bien de pérenniser l’entreprise, la voir se développer encore avec le nouveau repreneur, faire évoluer son personnel, et sécuriser les clients, les fournisseurs, et les banquiers.
 

 
Pour choisir le repreneur, Michel connaissait déjà le CRA, puisque, 16 ans plus tôt, il avait été en situation de repreneur et était devenu adhérent du CRA à ce moment là.

Pour le profil du repreneur, Michel considérait les 2 solutions possibles :

- soit une entreprise du secteur Second Œuvre du bâtiment ou du meuble, qui aurait souhaité se renforcer avec une activité de spécialité, sur-mesure

- soit un repreneur individuel connaissant bien le métier de l’agencement

Il avait, par ailleurs, assez vite écarté l’option de reprise par ses salariés.
Pas de qualités managériales suffisantes parmi ses proches collaborateurs.

La transparence vis à vis du repreneur afin de mieux garantir l’avenir de la reprise

Ayant été lui-même confronté à la situation de repreneur d’entreprise, Michel savait combien il était important, pour assurer le succès de la reprise, de travailler en confiance, réciproque, avec le repreneur.

JPEG - 45.9 ko

Pour cela il ne faut pas hésiter, non seulement à communiquer les données essentielles sur l’entreprise, son environnement, ses potentialités, avec objectivité sur les points positifs et les faiblesses éventuelles : ainsi il lui a été possible de jauger si le candidat avait bien le profil et l’expérience pour combler les manques de l’entreprise et donner une dynamique supplémentaire aux atouts de l’entreprise.

Il se trouve que cet exercice a été facilité pour Michel, par un premier contact avec l’actuel repreneur qui remontait à 2 ans. Celui-ci n’avait pas abouti. C’était prématuré.
Et le hasard de la vie professionnelle a créé entre eux une relation Client / Fournisseur SDV, environ 9 mois avant la cession où les hommes ont pu s’apprécier mutuellement.
Le sujet de la cession / reprise pouvait être repris, et c’était le bon moment.

La préparation de l’entreprise avant la transmission

L’autonomie du personnel : savoir quoi et comment faire en dehors de ma présence

C’est un point que beaucoup de cédants ont du mal à accepter : ne plus devenir indispensable au fonctionnement de la société au quotidien !

JPEG - 36.9 ko

Pour Michel, au contraire, c’était clair : déléguer n’est pas abandonner son pouvoir, cela ne dispense pas d’être très présent dans l’entreprise, d’y mettre toute son énergie.
Mais, avec une délégation bien contrôlée, la permet à chacun de bien maîtriser son activité et de prendre des décisions dans un cadre de règles bien partagées avec le chef d’entreprise.

Et ensuite quel bonheur pour le repreneur de pouvoir s’appuyer tout de suite sur une équipe qui sait fonctionner d’elle-même au jour le jour, et s’attaquer à la préparation de l’avenir qui va donner un second souffle à l’entreprise.

Un regard bienveillant de temps à autre sur le plan de développement du repreneur

JPEG - 90 ko

Si la période de négociation qui a abouti à la transmission, a été l’occasion de bien approfondir un certain nombre de sujets sur la connaissance du fonctionnement effectif de l’entreprise, de ses relations avec ses clients et ses fournisseurs, alors la période d’accompagnement se limite à quelques points de détails, une fois dans l’entreprise.

Comme il ne doit pas y avoir 2 patrons simultanés dans l’entreprise, tant pour le cédant et le repreneur, que pour le personnel, le passage de relais se fait sans à coup, sans attentes et perte de temps dans les décisions à prendre.

Ensuite, si la confiance est toujours bien partagée, c’est un réel plus pour l’entreprise reprise que de croiser les regards, de façon constructive, sur les évolutions mises en œuvre entre cédant et repreneur, garder le contact, faire profiter l’un l’autre de son réseau personnel.

C’est enrichissant pour les deux.

Découvrez le témoignage de son repreneur, Julien Gros

Conseils du cédant : 

  • CFGS, expert comptable, adhérent CRA
  • ACD, cabinet d'avocats d'affaires, adhérent CRA

Les conseils de Michel Treinen pour un futur cédant

Bien préparer sa cession sur le plan personnel et de l’organisation de son entreprise.

Rester néanmoins discret dans ses contacts, sur le plan professionnel

Aborder ce changement avec réalisme, lucidité, et même ... abnégation vis à vis du repreneur.


Voir d'autres Témoignages de cédants
Imprimer le contenu de la page
Voir d'autres
Témoignages de cédants

Latitude :

Longitude :


Haut de page