MENU
Cédants et Repreneurs d'Affaires

Accueil > Actualités > Témoignages de repreneurs >

La rage d’entreprendre passe par la reprise et la relance de sociétés disposant d’un réel savoir faire

3 février 2015

Bart Gruyaert, repreneur CRA, âgé de 38 ans, de formation Ingénieur naval, néerlandophone, et Stanislas Vigier, âgé de 40 ans, de formation Agro, s'associent pour reprendre 2 sociétés de savoir faire traditionnel pour faire de la rénovation de bâtiments.

 

Bart Gruyaert a hérité du gène entrepreneurial de sa famille qui était propriétaire d'un groupe de services portuaires à Anvers. 
Lui même a parcouru le monde et a déménagé 8 fois en 10 ans.
Philips, Saint Gobain, Arcelor Mittal sont ses références industrielles.
Il a relevé de multiples défis professionnels, dont le moindre n’était pas d’être à la tête d’une société logistique spécialisée dans les convois exceptionnels au Kazakhstan ..

Stanislas Vigier, lui, a un talent dans la relation commerciale.
Il l’a exercé dans de grands groupes industriels et de distribution.
Mais très vite il a voulu devenir indépendant, gérer son temps pour profiter de sa passion : le cheval

Ils ont repris ensemble 2 sociétés, éloignées dans leur activité comme géographiquement, pour en conjuguer les atouts afin de réaliser des chantiers de rénovation dans les bâtiments de la grande distribution.
Il s'agit de la société SCCR Creusoise (tailleurs de pierres) à Paris : production de pierres pour ravalement (10 salariés, CA > 1 M€), et de Meubles HAY (CA > 1 M€) à BOISME (79), reprise en 2014 (meubles de style).

La structure s'appelle Altifort, qui possède aussi des participations dans d'autres secteurs d'activités.

 

La rage d’entreprendre, de prendre des risques

D’où peut venir cette rage d’entreprendre ?

D’une multitude d’expériences dans des contextes professionnels très variés, dans des cultures diverses, et toujours dans une très grande autonomie avec une multitude de défis à relever.

JPEG - 195.8 ko
la ferme

C’est cet esprit d’entreprendre, cette envie de se dépasser, qui conduit naturellement à devenir chef d’entreprise.
Mais particularité de nos deux repreneurs : c'est une volonté conjuguée à deux, et pas tout seul chacun, pour affronter, ensemble, tous les risques inhérents à la reprise d’entreprise.

L’association apporte aussi des compétences complémentaires entre technique, commerce et gestion, et un double regard vis-à-vis des opportunités et menaces qui se présentent.

Enfin c’est l’occasion de maîtriser, à deux, le cadre de vie familial, dans un environnement naturel choisi.

Liberté exigeante, celle de choisir, forger son propre destin, jour après jour, et d’en assumer tous les succès comme les échecs relatifs.
 


La stratégie de build up, ou comment constituer un groupe en fédérant des savoir-faire, par acquisitions successives

La stratégie de reprise d’entreprises de Bart et Stan a été déterminée, en fait, par leurs premiers échecs en termes d’essais de reprise : vouloir reprendre une société en bonne santé, avec des perspectives prometteuses, ..., oui, mais à quel prix ?

Et même quand le prix était abordable, difficulté de se faire financer, lorsque le cursus professionnel n’est pas là pour rassurer les banquiers : "vous n'êtes pas du métier" !.

D’où leur orientation dans un deuxième temps vers des profils plus délicats : des entreprises détenant un savoir faire indéniable, depuis longtemps, mais s’essoufflant dans les mutations du marché et de la concurrence.

Sociétés faiblement bénéficiaires, risquant de devenir déficitaires, mais pas encore en situation de redressement judiciaire.
 

JPEG - 225 ko
Aventuriers sur leur chemin

Bart et Stan font un véritable pari sur les hommes de l'entreprise cible : à eux de s’adapter à de nouveaux enjeux, de nouvelles conditions de travail pour continuer de vivre de leur savoir faire.
Y arriveront-ils tous ?

L’énergie qu’y consacrent Bart et Stan est alors déterminante.

Si le succès est au bout des efforts, alors les équipes sont remotivées, et tout devient possible.

Le futur possible pour Bart et Stan est de constituer un groupe de compétences assez diversifié pour servir, d’une nouvelle façon, des besoins de grands clients qui exigent savoir-faire, flexibilité, réactivité, sur des chantiers de Bâtiment exigeants en délai et qualité d’intervention.

Un enseignement pour les repreneurs ?

1) Vous n’êtes peut être pas un aventurier !

Vous n’avez pas le même âge que nos deux jeunes repreneurs, Bart et Stan.
Vous n’avez pas envie de prendre autant de risques à votre âge.
Mais vous n’avez pas aussi une aussi longue carrière à construire.

2) Néanmoins, que faut-il retenir de leurs critères de choix de reprise :

- bien identifier le savoir faire durable, ou au moins réplicable, et transposable à d’autres secteurs d’applications, dans une entreprise trop contrainte dans son secteur d’activité historique

- mettre toute votre énergie dans la prospection commerciale de votre entreprise à reprendre : c’est souvent une course de vitesse dans la capacité à générer du nouveau chiffre d’affaires, donc de la rentabilité à court terme, et, enfin, redonner espoir et motivation à l'équipe que vous reprenez.

 

 


Voir d'autres Témoignages de repreneurs
Imprimer le contenu de la page
Voir d'autres
Témoignages de repreneurs

Latitude :

Longitude :


Haut de page