MENU
Cédants et Repreneurs d'Affaires

Accueil > Actualités > Témoignages de repreneurs >

La reprise d’entreprise, pour un jeune repreneur, doit faire partie d’une stratégie à long terme

11 janvier 2016

Armand de Coussergues, 36 ans, Repreneur CRA, a repris l’Institut Supérieur de l’Environnement, après 11 ans dans la finance

Armand de Coussergues, Repreneur CRA, a repris, à 36 ans,
l’Institut Supérieur de l’Environnement, à Trappes,
après avoir acquis la fibre entrepreneuriale dans une structure financière dynamique.

Sa reprise d’entreprise sort des standards habituels :
- secteur de l’Education,
- entreprise en difficulté et à redresser,
et, enfin, reprise avec un partenaire à la tête d’un groupe d’écoles.

L’efficacité de la recherche tient à la précision de la cible et l’activation d’un réseau

L’importance de la fixation du secteur d’activité pour trouver une entreprise à reprendre

Les compétences financières et de gestion permettent de comprendre facilement le modèle économique de toute entreprise à racheter.

Traditionnellement il est aussi attendu du repreneur qu’il présente des compétences et de l’expérience soit dans le domaine commercial de l’activité recherchée, soit dans le domaine technique concerné.

Ce qui, ici ne pouvait être le cas d’Armand.

C’est ainsi qu’un profil gestionnaire conduit alors beaucoup de candidats à la reprise à s’imaginer pouvoir s’intéresser à de nombreux secteurs différents, et se réserver ainsi un large choix de dossiers à consulter.

L’expérience d’Armand est à l’opposé, suite au stage de formation CRA.
 

Le marché de la reprise est un marché caché pour une grande part

Le plus difficile pour un candidat à la reprise est justement d’arriver rapidement à sélectionner un secteur d’activité précis, et de s’assurer de la cohérence de son profil avec cette activité, avec un vrai projet original.

Ce n’est qu’à cette condition que vous, repreneur, pourrez activer votre, vos réseaux de façon efficace.

Si votre cible n’est pas précise, personne ne va se mobiliser pour vous.

Par contre si votre projet est bien spécifique, votre entourage n’hésitera pas à en parler autour de lui, et de chercher des contacts spécialisés.

C’est ce qui s’est passé pour Armand, en l’espace d’à peine 2 mois !

La reprise d’entreprise, pour un jeune repreneur, doit faire partie d’une stratégie à long terme

La focalisation des repreneurs sur les belles sociétés à reprendre

Une fois le secteur d’activité bien défini et le sourcing d’affaires bien lancé, que choisir comme opportunité ?

Le rêve de tout repreneur consiste à ne considérer que des sociétés in bonis, afin de limiter les risques du rachat.

De plus, sont également recherchés la rentabilité et la pérennité de l’activité de la société cible afin d’assurer rapidement au repreneur une source de revenus confortable, comme il l’avait connue peut-être en étant salarié auparavant.

Pour un repreneur d’âge mûr, c’est une sécurité, ou du moins un objectif ...

Mais il en est tout autrement pour un jeune repreneur, comme Armand.

Un dossier présentant des faiblesses court terme peut devenir une belle opportunité à moyen terme, à condition de lui donner un nouveau souffle, un nouvel environnement, que le cédant n’aura pas su trouver.

Pour un jeune repreneur, la reprise est un tremplin

Il faut donc, là aussi, faire preuve de créativité dans les solutions à imaginer, les types de montage à réaliser, afin, à la fois, à rendre le projet réalisable et convaincre le repreneur que cette solution est viable alors qu’il ne l’avait pas trouvé auparavant.

Trouver des partenaires commerciaux, techniques, financiers, de façon à gagner en attractivité, partager des frais de structure communs, pouvoir investir en notoriété, ... sont autant de pistes à explorer pour rendre l’opportunité intéressante.

D’autre part si l’investissement est conçu dans une perspective long terme, cela concrétise et rend accessible la première marche d’une véritable stratégie de développement dans le secteur d’activité choisi.

Les conseils pour un repreneur

1) Sortir des sentiers battus dans le ciblage, le diagnostic d’une affaire, afin de vous différencier de tous les autres candidats à la reprise à la recherche des mêmes pépites ...

2) Etre créatif dans les schémas de montage d’une reprise : recherche de partenaires, effets de réseau, hybrider votre projet avec un projet de création ou d’une autre acquisition, bref trouver le plus rapidement la taille critique et le positionnement différenciant.


Voir d'autres Témoignages de repreneurs
Imprimer le contenu de la page
Voir d'autres
Témoignages de repreneurs

Latitude :

Longitude :


Haut de page