MENU
Cédants et Repreneurs d'Affaires

Accueil > Actualités > Témoignages de repreneurs >

La transmission de l’entreprise Rouger s’est réalisée entre adhérents CRA : cédant, repreneur, experts et banquiers tous membres du CRA !

5 août 2014

Fabrice Beneteau, 40 ans, BTS agricole, reprend la société Rouger, élevage et commercialisation de volailles dans les Deux Sèvres. C.A de 4,5 M €, 7 salariés, et encadrement de 30 éleveurs.

J’ai toujours eu en tête de reprendre une entreprise dans le milieu agricole.

Salarié jusqu’à l’âge de 40 ans, j’ai décidé, un beau jour, et de façon irrévocable, de me mettre en quête d’une PME dans la région choletaise.

Ma cible était étroite : une entreprise agricole, dans la région choletaise, en bonne santé financière, tout en restant accessible compte tenu de mon apport personnel limité.

Un processus de reprise en parallèle de mon emploi salarié

Une disponibilité très limitée pour trouver ma cible

Très rapidement, le CRA de Cholet m’a présenté une affaire répondant à ces critères, et sur laquelle la concurrence des repreneurs n’était pas trop forte : il faut, avant tout, être du métier, et, surtout, avoir le goût de la vie en milieu rural, ce qui n’est pas le cas des cadres d’entreprises de grandes villes.

Je n’ai donc pas eu le temps de suivre la formation Repreneurs du CRA, mais ai néanmoins participé à des réunions locales où témoignaient des anciens repreneurs : j’ai alors été averti de la durée et, encore plus, de l’incertitude, jusqu’au dernier jour, du processus de reprise : le cédant qui ne veut plus vendre !

Un contexte de transmission original mais favorisant la confiance

Le cédant, Fabrice Rouger, avait décidé de céder son entreprise, en bon état de marche, alors qu’il n’avait que 50 ans : le développement de l’entreprise lui semblait à l’optimum de ses capacités, et il voulait faire écrire une nouvelle étape de l’histoire de cette entreprise familiale par un homme neuf.

Particularité importante : la femme du cédant, active aux côtés de son mari, était prête à continuer d’exercer ses compétences auprès de moi, si je l’acceptais.

J’ai pris cette opportunité pour un atout en termes de continuité de l’activité, dans un monde agricole, où les relations personnelles sont plus importantes que les contrats écrits (contrats de fournitures pour les éleveurs, clients fidèles mais exigeants sur la qualité et au prix du marché, lui-même fluctuant).

De l’importance du bon choix des Conseils dans un processus de reprise d'entreprisse

Le choix des experts dépend de la confiance que l’on a dans le cédant

Contrairement à toutes les recommandations faites aux repreneurs, je n’ai pas pris d’expert comptable pour réaliser les audits opérationnels : j’ai accepté l’expert-comptable du cédant, qui était membre du CRA aussi.

Bien m’en a pris car il n’y avait pas de loup ...

Par contre la figure imposée de l’avocat est un pensum

JPEG - 15 ko
Elevage de volailles

N’ayant pas d’expertise particulière auprès de moi concernant la partie juridique, j’ai pris un avocat pour faire pièce à celui du cédant.

C’est une expertise qu’il est très difficile de juger a priori.

Et dans mon cas j’ai été témoin d’une mise en perspective inquiétante, qui, un moment, m’a fait douter de la sincérité des comptes de mon cédant !

Mais je n’étais qu’un repreneur inexpérimenté en formalités juridiques.

Je ne me ferai pas surprendre une deuxième fois !

Les conseils pour un repreneur

1) Le processus de reprise est plus long qu’il n’y paraît a priori, même une fois l’accord obtenu entre cédant et repreneur sur les grandes lignes de la transmission (LOI avec conditions suspensives)

2) Il faut absolument sélectionner un homme de l’art juridique qui puisse justifier d’opérations de transmission de même taille et nature que celle que vous envisagez.

3) Si les banques ne vous demandent pas de caution, c’est peut-être la BPI qui vous en demandera au dernier moment ! Préparez-vous.

 

Les experts CRA suivants ont contribué à la réussite de cette transmission :

  • expert-comptable : BERTON et associés à Bressuire
  • avocats : Fidal (Angers) pour le cédant, et Praxis (Angers) pour le repreneur
  • banquier : CIC Ouest à Cholet

 


Voir d'autres Témoignages de repreneurs
Imprimer le contenu de la page
Voir d'autres
Témoignages de repreneurs

Latitude :

Longitude :


Haut de page