MENU
Cédants et Repreneurs d'Affaires

Accueil > Actualités > Témoignages de repreneurs >

Marc AGNERAY reprend ECD, construction de bâtiments professionnels

15 octobre 2009

Marc AGNERAY, 47 ans, DEUG de Droit, reprend ECD, Contractant Général spécialisé dans la construction de bâtiments professionnels, industriels, commerciaux ou à usage de bureaux. CA de 6 millions €, effectif de 10 salariés. Il demande aux 3 cédants et au commercial de rester dans l’entreprise.

Après avoir fait un DEUG de Droit à Paris II, j’ai toujours travaillé dans un environnement commercial lié à la grande distribution française.

D’abord Chef de Secteur pour les biscuits St Michel, puis Interface Marketing Ventes et Responsable Comptes Clés pour la société Lardenois, j’ai exercé de 2001 à 2008 le poste de Directeur des Ventes de la société La Brosse et Dupont (filiale de LVMH. accessoires de coiffure, maquillage, parapharmacie, articles de ménage, mercerie, chaussant…).

Remercié en décembre 2008 et grâce à l’argent qu’un tel « remerciement » procure, je me suis tout de suite intéressé à la reprise d’entreprise, objectif que j’avais depuis longtemps mais pour lequel je manquais de fonds. J’ai rencontré Didier BISSERY au CRA de Paris en janvier 2009 qui m’a conseillé de suivre le stage de formation du CRA et, l’après midi même, je rencontrais Xavier FLAMENT au CRA de Nanterre qui m’inscrivait à la session de février-mars. Cette formation est, à mon sens, essentielle pour quelqu’un qui ne connait pas le monde de la transmission de PME. Elle fait intervenir des professionnels, tous différents, tous en activité, avec des compétences spécifiques et des points de vue divers et éclairants. Elle permet aussi de rencontrer d’autres stagiaires qui, préoccupés par les mêmes problématiques, se soutiennent et s’entraident.

La cible

Basé à Rouen, c’est en Normandie Picardie que j’ai commencé à tenter de « sourcer des dossiers », activité délicate et difficile que connaissent tous les repreneurs potentiels. Je recherchais une entreprise située dans ma région d’habitation, en situation in bonis, valorisée entre 500 et 1.500 K€, dans une activité B to B avec connotation commerciale importante. Après avoir examiné 4 dossiers peu intéressants, c’est en avril 2009 que j’ai rencontré Michel LE BELLEGO, intermédiaire au Havre, qui m’a présenté le dossier ECD.
ECD est un Contractant Général spécialisé dans la construction de bâtiments professionnels, industriels, commerciaux ou à usage de bureaux. ECD coordonne les projets de construction de bâtiments et prend en charge l’ensemble des études, du premier plan édité à la remise des clés. Le Client confie l’ensemble des études techniques et administratives à ECD qui va se charger de conduire l’exécution du projet en sous-traitant les travaux à des entreprises compétentes, connues et challengées par ECD. Les bâtiments construits mettent en jeu des budgets de 200 à 2.000K€.

La négociation et le montage financier

J’ai rencontré les cédants au mois de mai 2009. Ne connaissant pas le métier, la première chose que je leur ai dite est : « je ferais avec vous ou je ne ferais pas ». Cette position quoique surprenante au départ les a par la suite emballés. Après plusieurs rencontres dont une journée complète passée ensemble, nous avons signé une lettre d’intention au mois de juin qui prévoyait la vente totale des actions d’ECD au profit d’une holding où, certes j’étais majoritaire, mais à laquelle les 3 cédants ainsi que le commercial, homme clé de l’entreprise, participaient à hauteur significative.
Dans cette même lettre d’intention nous avions prévu le prix de reprise sur lequel nous nous sommes entendus assez rapidement, le niveau de rémunération des cédants et leurs plans de primes, la vente d’une part de la SCI restée dans la cible que les cédants reprenaient, la prise en charge des honoraires et la garantie de passif.

Les 3 cédants et le commercial restent dans l’entreprise à ma demande

C’est en effet à ma demande que les cédants sont restés dans le capital. Leur volonté était de réaliser. Il souhaitait donc vendre 100% des parts qu’ils détenaient dans la cible. Nous avons pour cela créé une holding de reprise dans laquelle ils ont réinvesti. Le commercial quant à lui n’avait pas de participation à l’origine. Je l’avais cependant identifié en tant qu’homme-clé et c’est la raison pour laquelle je souhaitais qu’il se joigne au tour de table.

Par ailleurs, la volonté que les cédants avaient de réaliser leur posait 3 problématiques :
- pérennité de l’entreprise,
- emploi des salariés
- et quid de leur propre activité professionnelle.
Le fait que je leur demande de rester dans le capital et dans l’entreprise les a emballés car cela apporte une réponse aux 3 problématiques.

Immeuble de bureau
Immeuble de bureau

De mon côté cette configuration est idéale car la construction de bâtiment à usage professionnel nécessite un grand savoir-faire technique qui permet dans la phase amont de rassurer le client et dans la phase avale de le satisfaire. Ce savoir-faire existait dans l’entreprise et un tel montage permet de le conserver à 100%.

Nous n’avons pas prévu de clause de sortie mais il y a une clause de non-concurrence de 5 ans pour les associés sortants et d’un an avec contrepartie financière dans les contrats de travail des 2 cédants majoritaires.

Les 2 cédants majoritaires ont 52 ans et souhaitent travailler jusqu’à 60 ans. Le premier s’occupe de la gestion de l’entreprise et d’une partie du commerce (il abandonnera la gestion au fil du temps, c’est moi qui m’en occuperai à terme) Le deuxième se charge de la Direction Technique et des Achats de sous-traitance. La troisième associée a 34 ans. Elle est Assistante de Direction. Le commercial a 34 ans.

Le rôle des experts

Je tiens d’ailleurs à saluer le professionnalisme de l’intermédiaire Michel LE BELLEGO qui bien qu’ayant un mandat cédant a toujours tout fait pour que la transmission se fasse dans de bonne conditions pour les cédants bien sûr mais aussi pour la viabilité de l’entreprise et, par ricochet, pour moi.

Mes conseils, expert comptable et avocat ne sont jamais intervenus dans la négociation. Je les ai toujours consultés au préalable de mes entretiens et il m’est arrivé de différer mes réponses aux cédants afin de solliciter mes conseils. Cependant, la configuration de notre négociation m’a amené à la mener en direct car nous devions certes nous entendre sur des éléments divergents et notamment sur le prix mais nous devions aussi établir des relations de confiance pour construire l’avenir.

Le financement

Nous avons rédigé le business plan avec mon expert comptable, lui me conseillant et rédigeant la partie chiffrée et moi concevant la partie rédactionnelle. J’ai ensuite rencontré les banques historiques d’ECD, leur indiquant que je ne sollicitais pas la concurrence à la condition d’avoir des propositions intéressantes. J’ai ensuite demandé à OSEO un contrat de développement. Les deux banques concernées, le CIC-CIN et la Caisse d’Epargne ont été très réactives et ont confirmé leur accord avant la signature du protocole d’accord qui s’est déroulée fin juillet. OSEO pour sa part m’a confirmé son accord au début du mois d’août.

Les banques ont surtout été séduites par le fait qu’en dehors de la dette senior, il n’y a aucun affaiblissement de la cible car 100% du personnel, extrêmement compétent, reste dans l’entreprise.

Nous avons fait un montage juridique simple avec constitution d’une holding de reprise, SARL au capital de 300K€ souscrit par les 5 actionnaires. Cette holding lève la dette senior et détient 100% des actions d’ECD. Nous ferons une intégration fiscale entre la holding et la cible au 1er janvier 2010.

Je suis donc dans la société depuis le 1er octobre 2009 et je rencontre un accueil formidable dans une ambiance chaleureuse et professionnelle. Dans cette démarche de reprise, je dois avouer avoir eu beaucoup de chances et que les coïncidences des rencontres m’ont beaucoup servi.

Quelques conseils aux futurs repreneurs

Pour finir j’aimerais relever 3 points qui ont été pour moi très importants :
1. Suivre une formation préalable, celle du CRA étant de très grande qualité.
2. Multiplier les contacts de toutes sortes même ceux qui paraissent inutiles. Ils permettent de se tester, de décupler les possibles opportunités, de favoriser les coïncidences heureuses et de rester actif.
3.  Faire partie de club de repreneurs (je faisais pour ma part partie de 3 clubs : CRA à Paris émanation de notre formation, CRA à Rouen mené par Bernard VINCENT et club Accent au Havre mené par Bertrand CUIR et François Xavier GARCIA) car cela permet de parler à des personnes qui nous comprennent et avec qui on échange des informations utiles.

www.euroconstructions.net


Voir d'autres Témoignages de repreneurs
Imprimer le contenu de la page
Voir d'autres
Témoignages de repreneurs

Latitude :

Longitude :


Haut de page