MENU
Cédants et Repreneurs d'Affaires

Accueil > Actualités > Témoignages de cédants >

Michel Morichon cède Must informatique, éditeur à Limoges du progiciel Orthop-Must pour les fournisseurs de biens médicaux.

23 juillet 2013

Michel Morichon, 59 ans, cède Must informatique, éditeur à Limoges du progiciel Orthop-Must pour les fournisseurs de biens médicaux. C.A. 2,6 millions €, 35 salariés. Je savais depuis longtemps que je céderai. Je me suis efforcé, depuis plusieurs années, de transmettre mon savoir à l'intérieur de l'entreprise. Le CRA m'a présenté dix repreneurs ciblés. Je me suis fait conseiller par l'expert-comptable de ma société et par un avocat d'affaires. Tout seul, ce n'est pas possible, surtout si on cède pour la première fois.

Le parcours

J'ai une formation d'informaticien. J'ai commencé à travailler dans des grosses entreprises, Cognac Hennessy, Cognac Martell, puis la grande distribution. Au fil des années j'ai acquis une expérience dans l'analyse des processus de gestion et des systèmes d'informations ainsi que différentes méthodologies dans le développement du logiciel. En 1989 j'ai créé une société de vente de matériel informatique et de développement de logiciels avec une équipe de 4 ou 5 personnes. Suite à la restructuration du secteur informatique et très certainement le manque d'expérience comme chef d'entreprise, j'ai effectué un dépôt de bilan. J'ai rebondi avec un statut de travailleur indépendant pour développer un logiciel pour le matériel médical.
En 1997 j'ai évolué du statut d'indépendant vers une EURL en créant Must Informatique, l'effectif est passé de 1 à 35 collaborateurs avec un chiffre d'affaire de 2,6 millions €. L'activité de l'entreprise est la conception et la diffusion du progiciel Orthop-Must au niveau national et sur les DOM-TOM, la réalisation d'applications spécifiques autour du progiciel, l'offre de matériels informatiques, la formation, des prestations de consultant et de chefs de projets, l'assistance téléphonique, la mobilité et l'hébergement de l'application sur des serveurs.

La décision de céder

JPEG - 12.7 ko

J'ai commencé à travailler jeune et j'ai la possibilité de prendre ma retraite à 60 ans. J'aurai tous mes trimestres début 2014.
Je savais depuis longtemps que je céderai. Je me suis efforcé, depuis plusieurs années, de transmettre mon savoir à l'intérieur de l'entreprise.
Fin 2011, une société d'informatique m'a contacté pour reprendre mon affaire, mais cela ne s'est pas concrétisé. Début 2012 j'ai contacté le CRA, suite à la recommandation du Président du Syndicat des Sociétés de Service et des Conseils en Informatique 3SCI.
Mesurant les évolutions en cours et à venir du marché des fournisseurs de biens médicaux dans tous les secteurs d'activités : maintien à domicile, orthopédie, ortho-prothèse, et prestations de santé à domicile, j'ai considéré qu'il fallait donner à Must Informatique les moyens de poursuivre cette aventure passionnante dans les meilleurs conditions, et d'accompagner encore plus efficacement les quelques 900 sociétés clientes qui nous font confiance.

 

Recherche d'un repreneur

Le CRA m'a présenté dix repreneurs ciblés. Quatre d'entre eux ont été éliminés par manque de moyens financiers et trois candidats m'ont envoyé une LOI. Par la suite trois autres candidats avec des profils intéressants se sont présentés et sont restés en attente dans l'éventualité que la négociation n'aboutisse pas avec les autres. J'ai sélectionné celui qui me paraissait le plus approprié.
-  Il a une très bonne expérience de la gestion d'entreprise
-  C'est un professionnel dans le métier de mes clients, prestations de santé à domicile, maintien à domicile et orthopédie.
-  Il n'envisageait pas de délocalisation, ce qui assure la continuité de l'entreprise
-  Et enfin, critère non négligeable, il ne faisait pas appel à des prêts bancaires.

 

 

Aide des experts

Je me suis fait conseiller par l'expert-comptable de ma société et par un avocat d'affaires. Ils ont été très bien. Tout seul, ce n'est pas possible, surtout si on cède pour la première fois. Cela revient assez cher mais il ne faut pas lésiner sur ce poste.
J'ai lu plusieurs livres sur la cession d'entreprise, dont celui du CRA « Transmettre ou Reprendre une entreprise » qui est très bien fait.
J'ai également beaucoup discuté avec Claude DAVID, le délégué CRA qui m'a suivi. Il m'a prodigué de nombreux conseils très utiles.

 

 

La négociation

PNG - 68.1 ko

Le prix de cession a été calculé sur la base du résultat d'exploitation multiplié par un coefficient, plus les fonds propres.
Mon activité est dans un secteur de croissance. J'ai toujours eu une croissance de 10 à 12% par an avec des résultats positifs. Mais les charges augmentent constamment et nous sommes en période de crise, ce qui rend l'obtention de bons résultats de plus en plus difficiles. J'avais valorisé la société dans la fourchette haute. Le prix final a été baissé d'environ 10%.
J'ai commencé à négocier avec 2 repreneurs, puis assez rapidement un seul des deux est resté en course. Il m'a envoyé sa LOI en février 2013 et nous avons signé 3 mois plus tard. L'absence de crédits bancaires a permis de réduire considérablement les délais.
Le repreneur a fait faire les audits, ce qui ne m'a pas surpris. Il faut jouer la transparence.

 

 

L'accompagnement

Je reste encore 10 mois dans la société pour avoir tous mes trimestres. Cela va donner du temps pour trouver un directeur général. Je savais depuis longtemps que je céderai. Je me suis efforcé, depuis plusieurs années, de transmettre mon savoir à l'intérieur de l'entreprise. Sur les 35 salariés, les deux tiers sont de formation informatique et la moitié ont un statut d'ingénieur ou cadre.

 

 

L'apport du CRA

Le CRA m'a permis, au départ, de m'assurer que ma façon d'envisager la cession tenait la route.
Bien sûr j'ai pu passer mon annonce de façon confidentielle sur le site internet du CRA.
Mon délégué CRA a trié les candidatures et cela a bien répondu à ma demande, puisque finalement mon repreneur a été trouvé par le CRA.

 

 

Conseils aux repreneurs

Il faut écouter, prendre son temps, essayer de se mettre dans la peau du cédant.
Il faut voir si on correspond bien au profil recherché et surtout ne pas hésiter à se faire aider.

 

 

Conseils aux cédants

Surtout s'y prendre à l'avance. Il faut que les comptes de l'entreprise soient propres. Il faut dire les choses comme elles sont et ne pas cacher la réalité.

 

 

Et maintenant

J'ai 4 enfants mais aucun n'était intéressé par la reprise de l'entreprise. Ils sont tous dans des domaines très différents.
Je vais bien sûr finir mon accompagnement. Puis par la suite les occupations ne vont pas manquer. Je suis habitué à me lever très tôt, les thèmes et les inspirations ne manquent pas.
J'ai bien su voir l'évolution de l'informatique en répondant aux besoins du marché de mes clients. J'ai maitrisé les éléments de gestion qui donnent la croissance malgré une économie mondiale en crise. Tout cela je l'ai appris dans ma carrière lorsque j'étais dans la grande distribution ou que j'intervenais comme consultant chez les clients d'IBM.
En 2014, à la fin de la période d'accompagnement, j'envisagerai probablement de jouer un rôle de conseil et de consultant dans les entreprises qui le souhaitent pour mettre à profit mon expérience.

 

 

 

michel.morichon chez gmail.com

 

 

www.mustinformatique.fr

 

 

 

 

 

 

 


Voir d'autres Témoignages de cédants
Imprimer le contenu de la page
Voir d'autres
Témoignages de cédants

Latitude :

Longitude :


Haut de page