MENU
Cédants et Repreneurs d'Affaires

Accueil > Actualités > Témoignages de repreneurs >

P. Delaruelle et Olivier Frelot reprennent JMB informatique, solutions d’impression, en Bretagne

24 avril 2012

Philippe Delaruelle, 53 ans, maitrise de gestion Dauphine + DESS Marketing et Olivier Frelot, 45 ans, Supelec, reprennent JMB informatique et Audiovisuel spécialisée dans la vente de solutions d’impression (Partenaire Privilège Gold – HP) et de solutions audiovisuelles, en Bretagne. CA : 5,5 millions € avec au total 15 salariés au 31.12.2010. Pour reprendre à 2 il est essentiel d’avoir des valeurs communes, des aspirations communes et la même vision de l’entreprise

J’ai passé les 10 premières années de ma carrière dans la finance au sein de sociétés américaines dont les quatre dernières années en tant que Directeur Financier chez Motorola France, puis pendant 2 ans et demi j’ai pris un virage vers l’opérationnel, à un poste marketing et vente chez Motorola France. Spécialisé dans les activités B2B, pendant 15 ans j’exerce des fonctions de management général à forte dominante business développement et marketing à l’international tout d’abord chez Motorola en Grande Bretagne puis à partir de 1999 dans le groupe Alcatel et Alcatel-Lucent. En Janvier 2007, après une période d’expatriation de deux ans en Chine où je dirige un centre de profit au sein de l’activité Mobile - fort d’un effectif de 350 personnes, avec la fusion entre Alcatel et Lucent je rejoins l’activité des Services où j’occupe pendant quatre ans le poste de Vice-President en charge du business développement au niveau mondial des activité de maintenance et déploiements.

Olivier Frelot après une première expérience chez Altran-Technologies, a rejoint le groupe Alcatel en 1997. Après 15 années passées au sein d’Alcatel où il a été

responsable de Direction Technique et "Business Unit" produits avec des périodes d’expatriation aux US et en Belgique. En Janvier 2007 suite à la fusion entre Alcatel et Lucent il est en charge des activités de services liés aux applications. En 2009, il devient Vice-President en charge des activités de déploiements au niveau mondial où nous avons eu l’occasion de travailler ensemble.
Nous nous connaissons depuis 10 ans.

La reprise faisait partie de mon projet professionnel.
J’ai profité d’un plan social chez Alcatel pour négocier mon départ. Olivier est resté en poste jusqu’au 1er décembre 2011.

L’apport du CRA

J’ai adhéré au CRA fin septembre 2010 à la délégation de Nanterre. Puis j’ai suivi le cycle de formation à la reprise en octobre. La formation du CRA m’a permis de mieux appréhender le monde de la reprise qui est hétérogène, complexe et de réactiver des éléments que je n’utilisais plus (j’avais travaillé dans un monde anglo-saxon) : analyse des bilans français, méthode d’évaluation, relations avec les experts comptables, avocats etc…
Elle m’a permis également un échange d’expériences avec les autres repreneurs et cédants.

Définition et recherche de la cible

J’ai orienté mes recherches dans le secteur des T.I.C (Technologie de l’information et des communications) et sociétés de services. Très vite, fin novembre 2010 j’identifie une affaire de négoce de consommables informatiques en Bretagne par l’intermédiaire de mon parrain : Dominique Boissonneau du CRA de Nanterre.
Après plusieurs entretiens téléphoniques, j’ai un premier rendez-vous avec le cédant fin janvier 2011 à Brest.
J’étais parti dans une démarche de reprise en solo, mais je me suis vite rendu compte que je n’aurais pas les moyens de reprendre cette affaire seul. Je me suis mis alors, à la recherche d’associés potentiels
J’ai étudié 2 à 3 autres projets en parallèle dont un coup de cœur pour la reprise de magasins bio. C’était moins couteux, mais je sortais de mon domaine d’expertise.

La cible

JMB informatique a été créée en 1992 par les 2 cédants, co-fondateur de l’entreprise. Elle réalise un chiffre d’affaire de 5,5 millions € au 31 décembre 2010, avec un effectif total de 15 salariés. Depuis 3 ans partenaire privilège – Gold d’HP, elle distribue principalement, au travers de 2 points de vente en Bretagne et un en Ile de France, des solutions d’impression (consommables, matériels, applicatifs et services associés).

Reprise avec un associé

Il est essentiel d’avoir des valeurs communes, des aspirations communes et la même vision.
Comme je l’ai évoqué précédemment, j’avais eu l’occasion de travailler et d’apprécier les compétences d’Olivier Frelot. Il faut bien se connaître et s’apprécier, tant sur le plan humain que professionnel. Nos formations et nos domaines d’expertises sont complémentaires.
La reprise à deux, facilite l’accès à des dossiers plus importants quand on est un peu juste au niveau du financement.

Elle sécurise les investisseurs financiers (banquiers, OSEO, les fonds d’investissement) qui nous ont ainsi confirmés rapidement leur support.
Nos cédants, qui étaient deux, se sont retrouvés en nous. Chacun avait son pendant.
Elle permet d’éviter la solitude du patron de PME. On se challenge pour prendre les décisions.
Mais chacun à son périmètre de responsabilité :
Olivier intervient sur la stratégie produits, les activités techniques, les achats et l’informatique interne.
Je m’occupe de la partie commerciale, financière et administrative.
Enfin il est indispensable de se border juridiquement par un pacte d’associés.

Montage juridique et financier

La holding de reprise, a souscrit les emprunts auprès d’OSEO, des banques et fonds d’investissement de proximité. Oliver et moi restons majoritaires. Un pacte d’associés a été conclu au niveau de la holding, entre nous et les fonds d’investissement de proximité.

J’ai initié le projet, maintenu la relation avec les cédants, recherché des partenaires financiers potentiels (banques, OSEO, fonds d’investissement) pendant les 6 premiers de l’année 2011, Olivier étant toujours en poste chez Alcatel-Lucent. Néanmoins, il a su se rendre disponible dès les premières négociations avec les cédants, les banques et les fonds d’investissements montrant son implication et sa motivation.

La négociation

La négociation a duré un an, car nous étions nombreux sur le dossier. Les 6 premiers mois de 2011 nous étions en concurrence avec des repreneurs : personnes physiques et personnes morales. Les cédants nous ont confirmé leur choix en juin et nous avons signé un accord de confidentialité et d’exclusivité valable jusqu’à fin Octobre 2011.
Les audits se sont ainsi effectués en septembre, le protocole et la garantie d’actif et de passif négociées et finalisées pour signature le 28 octobre.
Le « closing » en janvier 2012, soit juste un an après le premier entretien avec les cédants.

L’arrivée dans l’entreprise : les bonnes et les mauvaises surprises

Les bonnes nouvelles : avoir des clients qui vous suivent, une équipe responsable et motivée, avoir une entreprise globalement saine financièrement, avoir du cash disponible.
Valider l’existence de nouveaux business et confirmer des zones de croissance,
Trouver rapidement ses marques tout en rassurant avec des cédants qui ont l’intelligence de vous faciliter la prise en main, sans s’accrocher.

Conseils aux futurs repreneurs

L’association dans le cas d’une reprise :
- Avoir déjà travaillé ensemble, s’assurer d’avoir des valeurs communes, des aspirations communes et la même vision de l’entreprise.
- Permet de mutualiser des compétences et des moyens financiers, d’éviter l’isolement du dirigeant.
- Anticiper pour prévenir et gérer les conflits, se protéger en mettant en place le pacte d’associés car l’association c’est aussi générateur de risque supplémentaire lié à la diversité des intérêts en présence et de l’évolution de la situation personnelle. 

Les premiers jours après la signature, il faut rassurer, avancer progressivement, s’inscrire dans la continuité, la pérennité et construire ensemble.

ph.delaruelle chez jmb-info.com
www.jmb-info.com

Lisezle témoignage des cédants


Voir d'autres Témoignages de repreneurs
Imprimer le contenu de la page
Voir d'autres
Témoignages de repreneurs

Latitude :

Longitude :


Haut de page