MENU
Cédants et Repreneurs d'Affaires

Accueil > Actualités > Témoignages de repreneurs >

P. le Saec reprend Dalsouple, conception et fabrication de revêtement de sol en caoutchouc.

13 novembre 2009

Pascal le Saec, 45 ans, formation ingénieur et master spécialisé en stratégie d’entreprise et finances, reprend Dalsouple, C.A. de 4,6 millions € avec un effectif de 45 salariés. La société, implantée à Saumur est spécialisée dans la conception et la fabrication de revêtement de sol en dalle, plaques, nez de marche et marches intégrale en caoutchouc. En pleine crise financière, la motivation du repreneur et la qualité de la cible ont permis de mener à bien cette reprise qui a été finalisée en juillet 2009

C’est un solide besoin d’autonomie et d’indépendance qui ont fait germer en moi le souhait de reprendre une entreprise. De plus je savais que je pouvais m’appuyer sur ma formation et mon expérience dans le pilotage d’équipes et la gestion. Ces atouts m’ont conforté et soutenu tout au long de ce parcours qu’est la reprise, constitué d’étapes plus ou moins longues et plus ou moins complexes.

Une formation adaptée, un parcours déterminant, je me sentais l’étoffe d’un chef d’entreprise.

De formation Ingénieur en mécanique et matériaux avancés, complété d’un master spécialisé en stratégie d’entreprise et finances, j’ai mené une carrière de 18 ans dans le secteur de l’Equipement Automobile (Autoliv, Valeo, Inergy,…) d’abord dans le pilotage de projets de développement techniques et d’industrialisation en France et à l’International (matériaux métalliques et plasturgie) pour terminer par 4 années en finances et contrôle de gestion projets.

Reprise et crise sont-elles compatibles ?

Attendre le moment propice, cela signifie quoi ? Lorsqu’un projet vous anime vous avez besoin et envie de le concrétiser au plus vite. La crise financière ne m’a pas refroidi. Bien sur, il faut tenir compte de la tension qui règne sur le marché des banques. Mais cela m’a convaincu que pour avancer il était impératif que je monte un solide dossier, un business plan rigoureux, que je fasse preuve de clairvoyance et de détermination tant pour le banquier d’ailleurs qu’à l’égard du cédant.

Reprendre une entreprise : un choix de vie.

Le besoin d’autonomie et d’indépendance qui conduit à la reprise signifie un nouveau choix de vie. Cela implique beaucoup de chose dont la vie familiale. J’ai vraiment pris le temps de faire le point « est-ce vraiment ce que je veux, mon choix sera-t-il soutenu et partagé par ma famille pour en faire un projet voulu et non subit ? Est ce faisable financièrement ». L’étape suivante a été pour moi de « brûler le bateau », car conserver une possibilité de retour aurait été le pire des boulets. A noter que le gouvernement à mis en place une organisation très efficace qui supporte l’action des futurs repreneurs en leur permettant de se consacrer à leurs recherches tout en leur versant une allocation chômage.

Reprendre une formation à 45 ans.

Reprendre une entreprise nécessite des compétences et des connaissances qui touchent de nombreux domaines. La formation du CRA m’a apporté une vision exhaustive et détaillée de la reprise d’entreprise qui jusqu’alors n’était pour moi qu’un vernis de connaissances acquises tout au long des recherches que j’avais menées sur le sujet.
D’un point de vue académique cette formation précise les connaissances de base nécessaires à la compréhension de la méthodologie de la reprise et m’a permis d’identifier mes forces et faiblesses face à mon projet. D’un point de vue pratique, l’intervention de professionnels de tous bords, acteurs du processus, m’a apporté d’une part la compréhension des techniques particulières associées à chaque étape et type de projet mais également des témoignages précieux et détaillés, constamment renforcés d’anecdotes et de descriptions de pièges courants.

Définir la cible, la règle de l’enjeu.

En ce qui me concerne la définition de la cible n’a pas été le début du processus et avec le recul je vois qu’il m’a été difficile de décider de la voie à emprunter : vers mon ancien métier ? Vers ce qui fait mes loisirs ? Vers ce qui me tente ? En fin de compte je me suis « fait les dents » au fil des dossiers et ça a été une belle école, après une 10e de dossiers étudiés dont 3 jusqu’ à la liasse fiscale je pense au final avoir eu de la chance d’identifier la société Dalsouple en 10 mois, suivis de 5 mois pour concrétiser la reprise.

Trouver une entreprise et un cédant motivé.

La société est spécialisée dans la fabrication de revêtement de sols en caoutchouc haut de gamme, les ventes de Dalsouple se font principalement à l’export, avec des clients prestigieux comme le Musée d’art moderne de New York ou des architectes de renom. La société est la seule sur son marché à proposer une gamme infinie de couleurs, et à les fabriquer dans des délais très courts. Grace à 45 personnes motivées et fidèles, un cédant véritablement chef d’orchestre, extrêmement dynamique et en permanence au contact des équipes et des clients, la société a su résister efficacement face aux grands acteurs du secteur et Pierre Mortoire, le directeur général de cette entreprise familiale demeurait extrêmement attentif à ma faculté à pérenniser son entreprise.

La négociation savoir instaurer un climat de confiance.

Le processus de négociation n’a pas posé de problème particulier, la confiance et la compréhension mutuelles se sont tout de suite mis en place entre Pierre Mortoire et moi et c’était de loin le plus important, il m’a senti capable de reprendre son flambeau et j’ai vite été convaincu qu’il me le transmettrait dans les meilleures conditions, le prix n’a pas été une difficulté et j’ai immédiatement pu obtenir le support du capital développeur Avenir Entreprise et d’OSEO Développement-Transmission, les banques Crédit Maritime et Crédit Agricole m’ont également accordé leur confiance et ont été très efficaces pour la mise en place des dossiers. Et si les plus longues discussions ont portées sur la GAP, la suite n’a été qu’un déroulement technique de la méthode !

De l’expérience à l’expertise

Je souhaite ici insister sur l’importance d’être accompagné d’experts solides, ils sont la garantie d’un déroulement optimal des discussions et de la tenue du planning qui dans mon cas a été extrêmement serré. De plus je découvre tous les jours que sans leur engagement actuel auprès de moi je ne pourrais pas me consacrer à l’entreprise comme je peux le faire aujourd’hui, ils sont les guides et les vigies des aspects de la reprise que mon quotidien ne me permet pas de suivre efficacement.

Prendre les commandes en se sachant accompagné

Pierre Mortoire a accepté de rester avec moi jusqu’à la fin de l’année mais je sais que je pourrai compter sur lui par la suite et c’est très important, 30 ans de métier ne s’effacent pas comme ça et ne s’apprennent jamais en 6 mois !
Après quelques semaines je peux dire que je ne regrette rien, je n’aurais pas pu être plus rapide sans une prise de risque déraisonnable et trouver une société plus adaptée à moi est difficile à imaginer Dalsouple c’est mon métier, mes hobbies et mes envies en une même entité, c’est formidable !

www.dalsouple.fr/

Lire le témoignage de P. Mortoire, cédant de Dalsouple


Voir d'autres Témoignages de repreneurs
Imprimer le contenu de la page
Voir d'autres
Témoignages de repreneurs

Latitude :

Longitude :


Haut de page