MENU
Cédants et Repreneurs d'Affaires

Accueil > Actualités > Témoignages de repreneurs >

Un ciblage précis et une vision claire du métier vous positionnent comme un repreneur averti et crédible pour le cédant

6 avril 2016

Julien Gros, 42 ans, Repreneur CRA de la société SDV Agencement, affaire CRA, mobiliers sur mesure dans les Vosges. CA de 1,6 M €. 17 salariés.

SDV Agencement est une entreprise spécialisée dans la conception, fabrication, et pose de mobiliers sur mesure pour CHR, magasins, secteur médical et hospitalier, tertiaire, et particuliers.

Elle avait été déjà reprise il y a 7ans par Michel Treinen (le cédant actuel), Repreneur CRA de l'époque.

Un ciblage précis et une vision claire du métier

La motivation de la reprise d’entreprise

Julien connaissait bien le métier de l’agencement pour l’avoir pratiqué déjà depuis de nombreuses années, en entreprise comme salarié, puis comme indépendant à son compte.

Ainsi Julien travaillait pour le compte de divers clients et confiait ses commandes à des fabricants comme SDV.

Mais l’envie de travailler en équipe et de maîtriser des outils de production le taraudait depuis un moment.

D’où l’idée de reprendre une entreprise à taille humaine, de bonne notoriété, lui donnant accès à des marchés qu’il ne pouvait approcher facilement tout seul.

C’est ainsi que Julien a eu un premier contact avec l’entreprise SDV qui était parfaitement dans sa cible.

La reprise n’a pas pu se faire en 2012, lors du premier contact, car la structure financière de l’entreprise ne permettait pas encore d’établir un business plan de reprise suffisamment solide pour être soutenu par un partenaire bancaire.

Apprécier sa cible avant de débuter le processus de transmission

Le hasard a voulu que Julien travaille sur un projet qui lui a permis de renouer le contact avec SDV en tant que fournisseur.

JPEG - 45.9 ko

Alors s’ouvre une période où deux professionnels, comme Julien et Michel, le patron de SDV Agencement, peuvent s’apprécier dans le quotidien de leur affaire partagée, et surtout, de leur vision du métier et de ses évolutions.

Le savoir faire de l’entreprise, la qualité de production et de service de l’entreprise cible peut être expérimentée grandeur nature.

Ce n’est pas une présentation théorique.

C’est la vraie vie professionnelle.

Avec ses atouts et ses faiblesses, comme toute entreprise.

A Julien de les estimer à leur juste valeur et de se rendre compte s’il sera l’homme de la situation pour entraîner cette entreprise, SDV Agencement, vers un avenir de croissance.

Le financement de la reprise : affaire technique mais aussi relationnelle

Les investissements nécessaires dès la reprise

La vision partagée de Julien et Michel était de devoir réaliser rapidement quelques investissements indispensables à la dynamique de l’entreprise.

JPEG - 36.9 ko

Sujet qui n’est pas aisé dans le cadre d’une reprise, où d’habitude, toute la capacité d’emprunt du repreneur est mobilisée pour acheter les actions de l’entreprise.

Tout dépend alors de la solidité du plan de développement présenté aux banques.

A noter que Michel, le cédant, avait déjà lui-même préparé un business plan de cession ! Chose assez rare pour être soulignée.

Julien savait qu’il fallait savoir gérer à la fois le passé (l’entreprise ayant eu quelques difficultés financières), le présent (le rachat de l’entreprise) et l’avenir (les investissements de production et informatiques).

La mise en œuvre du financement comporte toujours des aléas de dernière minute

S’adresser en premier lieu aux banquiers du cédant est un réflexe incontournable de tout repreneur.

JPEG - 90 ko

Mais il ne suffit pas, et il est toujours conseillé de faire la tournée des autres banques de la place pour diversifier les solutions, voire les mixer.

La première difficulté est donc bien d’obtenir l’accord dans un délai compatible avec le timing de la reprise.

Mais la seconde, bien fréquente hélas, réside dans les modalités de mise en œuvre du financement, avec des complications administratives qui retardent, quand elles ne risquent pas de bloquer la signature du closing.

Attention : nerfs solides !

C’est alors que la qualité des relations humaines, t plus précisément de relations auprès du monde bancaire, peut être déterminante pour le succès.
Ce qui fut le cas pour Julien, heureusement, le jour même de la signature.

Les conseils pour un repreneur

Savoir préparer son projet de reprise avec clairvoyance, sans précipitation si votre cible est bien précise.

Se faire une idée de l’entreprise avant de rentrer en négociation avec le cédant.

Jouer cartes sur tables avec le cédant quant à la construction de l’avenir de l’entreprise, sa pérennité, qui est l’objectif n°1 de tout cédant.

Découvrez également le témoignage de Michel Treinen, le cédant CRA.


Voir d'autres Témoignages de repreneurs
Imprimer le contenu de la page
Voir d'autres
Témoignages de repreneurs

Latitude :

Longitude :


Haut de page