MENU
Cédants et Repreneurs d'Affaires

Accueil > Actualités > Témoignages de repreneurs >

Un repreneur expérimenté peut faire rapidement de la croissance externe

16 septembre 2015

Pour compléter son portefeuille d’activités, David a repris une entreprise en moins de 4 mois, et reste adhérent au CRA pour d’autres opportunités d’acquisition d'entreprises de mécanique.

David Dagicour, 44 ans, BTS de mécanique et automatisme.
Il a créé sa première entreprise en 1998, DMI, dépannage mécanique industriel.
Il a racheté ensuite AMP, mécanique générale.
Il vient de reprendre 2 sociétés de mécanique de précision (ORMP et UPPA)
En Normandie.

Il a reconduit son adhésion au CRA, pour longtemps, afin de continuer à repérer des opportunités de croissance externe.

Un repreneur expérimenté pour faire de la croissance externe

Le gain de temps apporté par un bon dossier de présentation

A l’affût de reprise d’entreprises complétant son portefeuille d’activités, David a vite réagi à la publication d’une affaire CRA.

Ce qui a attiré son attention c'est la rédaction d'une annonce qui était dans sa cible.
Il est important de communiquer les éléments clés d'une affaire attractive en quelques lignes.

Une première rencontre avec le cédant et une première visite lui ont permis de se faire rapidement une idée de l'intérêt de cette entreprise et de sa valeur de reprise.

Il a pu faire aussitôt une proposition de rachat, sur la base d'une valorisation ajustée à partir de la première estimation résultant de l’analyse du dossier complet du CRA.

La rapidité de décision tant du cédant que du repreneur

JPEG - 216.1 ko

Une affaire qui se réalise vite, se décide vite.

Réaliser une acquisition en 3 mois est possible, si aucun obstacle ne survient.

A la base il ne doit pas y avoir d’hésitation dans les intentions réciproques du vendeur et de l'acheteur.
Sauf que dans le cas présent, le cédant, néanmoins, a confondu rapidité avec précipitation.
C’est ce qui expliqua le double revirement du cédant en si peu de jours.
Ou bien alors il faut savoir faire rapidement un arbitrage entre prix, délai, et conditions de réalisation.

Le choix de simplicité et rapidité pour l’intervention des conseils externes

JPEG - 196.2 ko

L’intervention d’un juriste est indispensable pour rédiger le protocole d’accord, comme les actes de cession.

Le problème souvent rencontré, qu’a évité David, consiste en la désignation pour chaque partie d’un avocat représentant chacune des parties.

Chaque avocat a à coeur de protéger, voire de défendre son client, et les discussions de forme et de fond s’éternisent facilement.

Pour couper court à toute dérive de ce genre, et fort de son expérience, David a préféré faire le choix d’un seul avocat, celui du cédant.

Et de ne travailler sur le protocole proposé que par retouches.

Cela demande bien sûr de l’expérience en matière de reprise d’entreprise.

Le parcours du repreneur pour accélérer les démarches administratives.

Le montage juridique est consommateur de temps

JPEG - 196.4 ko

Si le montage financier ne posait pas de problème particulier, compte tenu du financement des reprises précédentes, David a dû néanmoins constituer une nouvelle holding de reprise.

Ce n’est pas le formalisme juridique qui pose alors problème.
C’est tout simplement les délais de traitement des dossiers auprès des organismes concernés.
Si, en plus la période d’été arrive, alors vous avez intérêt à vous occuper personnellement de la prise en compte des dossiers si vous ne voulez pas perdre de temps.

Les conseils pour un repreneur

1) Savoir se décider rapidement lorsque vous sentez bien l’affaire proposée : niveau technique, carnet commercial, équipe

2) Anticiper le délai administratif de constitution d’une société holding

 


Voir d'autres Témoignages de repreneurs
Imprimer le contenu de la page
Voir d'autres
Témoignages de repreneurs

Latitude :

Longitude :


Haut de page