La prise de décision de passer la main, sans tout abandonner

La prise de conscience de la limite de ses propres capacités

Eric, à 54 ans, a eu le sentiment d’être arrivé à un palier de croissance de son entreprise.
Il était convaincu que sa société pouvait connaître encore un nouveau développement, mais à condition qu’un nouveau manager lui apporte ses capacités en termes de
– développement commercial
– et d’intégration de nouvelles technologies
(nouveaux matériaux, nouveaux types de chantier de construction)

Le choix de la solution de la transmission

Aucun membre de la famille ne souhaitait s’investir dans la reprise de l’entreprise familiale.

Il ne souhaitait pas, pour autant, obligatoirement trouver un homme du métier de la construction bois, alors même qu’il est lui-même Compagnon Charpentier des Devoirs du Tour de France.

Mais il ne voulait pas non plus transmettre sa société à un groupe du secteur, ayant le souci de garder son implantation rurale pour son personnel et par tradition familiale.

D’où sa recherche ciblée sur un repreneur physique.

La solution du CRA s’imposait.

La construction d’une relation de respect mutuel

L’importance d’une bonne préparation psychologique

BoulesteixPrimo-cédant comme beaucoup de patrons de PME de son âge, il était convaincu de la nécessité de se faire accompagner pour ce projet de transmission.

Son conseil juridique, qu’il connaissait depuis plus de 30 ans, lui a décrit les différentes étapes du processus de transmission, les documents et données à préparer.

Il l’a même amené à réfléchir à ses projets et occupations pour cette nouvelle tranche de vie, ce à quoi Eric ne s’attendait pas de la part d’un conseil, mais ce qu’il a grandement apprécié.

Le partage de valeurs humaines pour garantir l’autonomie de prise de décision

BoulesteixLe processus s’est alors déroulé sans difficultés particulières.

Eric et Emmanuel, son repreneur, ont décidé de garder la main par rapport aux conseils sur les points importants de la transmission.

Dès le début la relation de confiance qu’ils ont établie reposait sur des valeurs humaines comme le respect, la transparence, de façon à ne rien cacher à l’autre de ses intentions et connaissances.

La période d’accompagnement est le reflet de cette prise d’autonomie

BoulesteixDans cette confiance réciproque, ils se sont mis d’accord notamment sur une période d‘accompagnement de 4 mois, d’autant plus qu’Emmanuel n’était pas du métier.

Mais très vite Emmanuel a pu travailler avec les collaborateurs dans le même esprit qu’Eric, ce qui a abouti à un accompagnement réduit à quelques semaines seulement.

Eric, le cédant, restant toujours à proximité et disponible pour conseiller Emmanuel sur de nouvelles affaires importantes.

Eric garde quelques activités connexes, dans le domaine de la gestion de villages  pour personnes âgées, construits par sa société.

Entreprise de menuiserie artisanale et familiale depuis 1961, reprise par Eric Boulesteix en 1984, pour la développer et offrir des solutions de charpentes industrielles pour :

  • les marchés agricoles,
  •  d’industries,
  • de locaux commerciaux,
  • de collectivités
  • et l’habitat (maisons bois, construction, extension, réhabilitation).

Les conseils pour un cédant

  • La transmission n’est pas (seulement) une question d’âge, mais plutôt de maturité de prise de décision sur ce qui est le mieux pour l’entreprise.
    Sa pérennité, son développement avant tout.
  • Cette prise de décision est d’autant facile à prendre que vous pouvez vous projeter sur d’autres projets.