Les établissements Marchand : une reprise préparée en amont

Alors qu’ils étaient dans une situation précaire au début des années 2000, les Etablissements Marchand, situés dans les Deux-Sèvres, sont devenus, dix ans plus tard, une entreprise rentable et séduisante pour des repreneurs.

En 2017, Louis-Marie Marchand, accompagné par le CRA Cholet, a vendu son entreprise. Tant que l’histoire n’est pas terminée, tout est encore possible…

Un repositionnement salvateur

Au début des années 2000, la menuiserie de Louis-Marie Marchand qu’il gère avec son épouse, est exsangue. Sous-traitant dans la fabrication de meubles, elle souffre d’un manque d’autonomie face à un unique client et de services trop peu variés.

L’entreprise est mise en sauvegarde judiciaire en 2003. Louis-Marie Marchand  et son épouse relèvent leurs manches.

Ils diversifient les activités en proposant du coffrage et de l’agencement ; ce qui leur permet d’élargir et de varier la clientèle.

Grâce à ce repositionnement – et à beaucoup de travail – les Etablissements Marchand sortent progressivement du rouge.

En 2015, Mme Marchand souhaite prendre sa retraite. Son époux décide donc de vendre l’entreprise familiale.

Reste à la rendre attrayante pour des repreneurs potentiels.

Patience et vigilance

Bien que la société soit désormais rentable, Louis-Marie Marchand prend conscience qu’il est essentiel de rendre la mariée la plus belle possible.

Sous les conseils du CRA Cholet qui accompagnera le chef d’entreprise tout au long du processus de la transmission, il entame un «dépoussiérage» de son entreprise au sens propre du terme. Investissements, diversification de l’activité, développement de la clientèle : les conditions favorables sont réunies pour attirer les repreneurs.

Cooptés par le CRA Cholet, ils viennent nombreux. Il s’agit alors de bien étudier les dossiers et de «ne pas passer à côté du bon !», prévient M. Marchand.

Grâce à l’accompagnement du CRA, aux conseils des avocats, partenaires de l’association, et à sa pugnacité, Louis-Marie Marchand a rencontré, en 2017, celui qui mène désormais à la destinée de l’entreprise.