En première analyse, on considère en général que ces deux approches dans le développement des entreprises sont totalement différentes, voire s’opposent. Un petit approfondissement de la question va nous permettre de faire une mise à jour utile de cette opinion.

Qui sont les Business Angels ?

Ce sont des personnes physiques privées qui investissent prioritairement dans des jeunes entreprises innovantes non seulement en capital, mais aussi bénévolement en temps de conseil et d’accompagnement auprès de l’entrepreneur. Les Business Angels sont pleinement associés au succès du projet de l’entreprise.

Pourquoi investissent-ils ?

Avant tout ils croient aux créateurs d’entreprises et aux entrepreneurs qui construisent l’avenir de notre économie nationale. A ce stade de la vie de ce type d’entreprises, en dehors des aides et subventions des pouvoirs publics, il y a peu ou pas du tout de possibilités de financement : pas d’historique, un faible chiffre d’affaires, une rentabilité à démontrer, beaucoup de risques,… Les banques sont absentes, c’est compréhensible. Les fonds de capital-risque préfèrent avoir 2 ou 3 années d’activité de l’entreprise pour en apprécier la valeur. Il est alors tout à fait naturel que les entrepreneurs s’adressent aux Business Angels.

Peuvent-ils investir dans les reprises d’entreprise?

La reprise d’une entreprise est toujours l’occasion de changements importants. Le repreneur va construire un nouveau projet pour son entreprise, avec une vision stratégique revue, un plan d’affaires ambitieux, des perspectives de création de valeur. Le repreneur a besoin de boucler son tour de table, au-delà de son propre apport. Le prêt bancaire a toujours ses limites. Les fonds de capital développement peuvent apparaître comme une contrainte pesante avec un lourd reporting.
C’est là que les approches du repreneur et du Business Angels peuvent se rejoindre. Les réseaux de Business Angels peuvent lever jusqu’à 700k€ pour des dossiers qui les passionnent, d’autant que la reprise d’une entreprise se fait sur une base déjà solide. Cela leur permet dans leur stratégie personnelle d’investissement d’équilibrer les risques.
Si le repreneur est ouvert à avoir dans son tour de table des personnes d’expérience dans le domaine de son entreprise, qui peuvent le conseiller et l’accompagner bénévolement dans cette phase délicate de la reprise, c’est un bonus pour tout le monde. Repreneurs, n’hésitez donc pas à faire appel à notre réseau de compétences.

Tanguy de La FOUCHARDIERE,  Président de Paris Business Angels