Le ministère des PME, Commerce, Artisanat, et des Professions Libérales détaille sur son site www.pme-commerce-artisanat.gouv.fr, à partir des sources SIRENE, et de la définition européenne des PME, le tableau français des PME en 2005 :
Il dénombre 2 550 000 PME dont l’effectif est inférieur à 250 personnes, (dont110 000dans les DOM-TOM) ou le C.A. inférieur à 50 millions d’euros

  • 1 275 000 ont 0 salarié ]
  • 815 000 entre 0 et 5 salariés ] Micro-entreprises
  • 274 000 entre 5 et 10 salariés ]
  • 100 000 entre 10 et 19 salariés T P E

  • 60 000 entre 20 et 49 salariés Petites Entreprises
  • 26 000 entre 50 et 249 salariés P M E

Si l’on reprend ,comme base, la possibilité statistique d’une transmission tous les 30 ans pour une entreprise, le panorama de la transmission en France qui nous concerne (PME de plus de 5 personnes), est donc de :

  • 9 000 micro entreprises
  • 3 300 T P E
  • 2 000 Petites Entreprises
  • et 870 PME

———————–
15 170 entreprises

Incontestablement la transmission familiale baisse et ne dépasserait pas actuellement 33 % (5 000)
Difficile à saisir, les transmissions de société à société par absorption ou fusion, mère à fille, représenteraient 15 % (2 250), plutôt dans la catégorie des PME et petites entreprises, pour des raisons financières évidentes.
Il faut y joindre les transmissions internes, non- familiales, Lbo management, rachat progressif, etc..on peut les estimer à 10 % (1 500)
Soyons optimistes enfin, les entreprises qui disparaissent- par défaut de gestion, accident, …ou âge du dirigeant-, sans même qu’une cession de fonds de commerce soit envisageable, ne dépasserait pas 8 % ( 1 200)
Le potentiel d’action du CRA – encore que nous ne disposions pas pour l’instant de délégation dans les DOM-TOM- comme celui de tous les intervenants dans la transmission des PME- est donc d’environ 5 700 entreprises par an !
Réjouissons nous, il est en hausse !! ….comme le nombre des transmissions intervenues en 2005 chez les adhérents du CRA : 208

Mais il nous faut raison garder, en le comparant aux 500…600…700 000 entreprises
à transmettre dans les 10 ans (70 000 par an !) dont on nous rebat les oreilles.
Le chemin est étroit pour les repreneurs !