Le hasard fait qu’une fois conclue une première LOI pour la reprise de Saditec, on lui propose une seconde société, Mylesis, les deux étant spécialisées dans la conception et la fabrication de composants électroniques.

Au départ, il hésite face au challenge et au défi financier que représente la reprise concomitante de deux sociétés

Mais sur les conseils de son expert comptable,  il se lance dans l’aventure et reçoit assez rapidement le soutien de la BPI qui l’épaule dans le financement de la reprise.

Deux banques suivent alors, d’autant plus qu’il met dans l’aventure le gain retiré de la vente de sa propre maison et d’un appartement.

Après des délais relativement longs, compte tenu de l’importance du dossier, il concrétise les reprises en 2016.

La coopération avec les deux cédants qui lui ont accordé des crédits vendeurs s’avère très positive.
Dès son arrivée dans la société, Alain Mandine développe la R&D et la partie commerciale.

Il reprend ensuite la société Depaepe

L’ensemble du groupe passant de 40 salariés en 2016 à plus de 100 en 2018 et son chiffre d’affaires de 5 M€ à 13 M€.