Reprendre une entreprise, c’est comme écrire la suite d’un livre… mais avec des décisions difficiles à prendre ! »

Interview Bernard Fraioli, président de l’association Cédants et Repreneurs d’Affaires
A la veille du Forum Franchise Lyon, Bernard Fraioli, président de l’association Cédants et Repreneurs d’Affaires, CRA, revient sur les particularités de la reprise d’entreprise. Tous les porteurs de projet n’ont en effet pas forcément le désir de créer une entreprise de A à Z. Certains préfèrent opter pour la reprise d’une société existante, avec tous les avantages que cela comporte… mais également les particularités inhérentes.

Toute la Franchise : Quel est, en quelques mots, le rôle de votre association ?

Bernard Fraioli : Le CRA (Cédants et Repreneurs d’Affaires), association nationale à but non lucratif, facilite la transmission des TPE/PME. Depuis 1985, le CRA contribue à la sauvegarde des emplois et des savoir-faire dans les territoires et permet à des entreprises de changer de mains dans les meilleures conditions. Très souvent, la transmission de la TPE/PME s’accompagne d’un second souffle, avec la création de nouveaux produits/services, la digitalisation, de nouveaux investissements productifs, l’ouverture de nouveaux marchés. Tout cela étant créateur de richesse économique et d’emplois.

Le CRA remplit sa mission grâce au professionnalisme et aux compétences pluridisciplinaires de ses 240 délégués bénévoles, anciens dirigeants et patrons d’entreprise accompagnant les cédants et repreneurs, tout au long du processus de transmission et répartis dans 73 délégations régionales, avec des correspondants en Belgique et en Suisse au plus près des centres d’activité.

TLF : Quelles sont les différences fondamentales entre une création d’entreprise pure et une reprise ? Y a-t-il des éléments particuliers à prendre en compte ?

B.F. : La reprise d’entreprise permet de rentrer très vite dans le vif du sujet. Reprendre une entreprise, c’est comme écrire la suite d’un livre ; on a déjà les personnages, un climat, un style, des intrigues et on doit créer de nouveaux développements. En l’occurrence, on reprend un savoir-faire, des salariés, des produits, une clientèle, une trésorerie, un équipement, une notoriété, un positionnement. L’activité économique est là et le repreneur va pouvoir développer l’entreprise, ses compétences, ses produits, sa clientèle, ses marchés.

Créer une entreprise, c’est se retrouver face à une page blanche. Tout est à concevoir : les produits, le mode de fabrication, l’équipe, la notoriété, la clientèle. Il est difficile de faire des prévisions dans le cas d’une création, alors que c’est beaucoup plus aisé dans le cas d’une reprise et un banquier sera plus facilement enclin à prêter de l’argent pour une reprise que pour une création. (…)

Site WEBwww.toute-la-franchise.com/